RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

La Belgique perd une place au classement européen établi par les organisations LGBTQI+

12 mai 2022 à 11:25Temps de lecture2 min
Par RTBF INFO avec Belga

Ces quatre dernières années, la Belgique occupait la deuxième place dans la Rainbow Map annuelle d'ILGA-Europe, l'organisation faîtière des organisations européennes LGBTI+, mais cette année, elle ne pointe plus qu'en troisième place.

Au moyen de cette Rainbow Map, l'ILGA réalise une évaluation annuelle de la législation et de la politique sur la diversité sexuelle et de genre dans 49 pays européens. Les pays sont évalués sur six catégories et reçoivent une note comprise entre 0 et 100%. Une nouvelle catégorie, sur l'intégrité physique des personnes intersexuées, a été ajoutée cette année.

Mais le travail politique réalisé en Belgique pour garantir les droits de ces personnes est reconnu

C'est dans cette nouvelle catégorie, entre autres, que notre pays perd des points. "Mais le travail politique réalisé en Belgique pour garantir les droits de ces personnes est reconnu", explique Eef Heylighen, porte-parole de l'organisation Çavaria. "Cela doit maintenant être traduit en loi dès que possible."

Malte en tête

Au niveau européen, l'ILGA note que plusieurs pays ont fait des progrès. Ce n'est cependant pas le cas au Royaume-Uni, le pays qui perd le plus de points et passe de 64 à 53%. Ce déclin a tout à voir avec l'échec du pays à tenir ses promesses concernant l'égalité des droits des personnes LGBTI+.

Les progrès les plus importants sont enregistrés au Danemark, en Islande, en France, en Grèce et en Lettonie. Malte continue d'être la tête et les épaules au-dessus du lot pour la septième année consécutive, avec 92%. Le Danemark suit avec 74% et la Belgique est donc 3e avec 72%.

Si elles veulent améliorer leur classement l'an prochain, les autorités belges peuvent, par exemple, travailler à une extension de la correctionnalisation de certains délits de presse. "De cette manière, les messages de haine à l'égard des personnes LGBTI+ pourront également être efficacement poursuivis", poursuit Eef Heylighen.

"Il n'y a, en outre, pas encore en Belgique d'interdiction générale des opérations 'normalisantes' inutiles pratiquées sur les mineurs intersexes. Ils doivent pouvoir décider de leur propre corps lorsqu'ils sont en âge de faire un choix éclairé. La Belgique devrait aussi abolir l'enregistrement des sexes".

Sur le même sujet

L’Indonésie convoque l’ambassadeur britannique à cause d’un drapeau LGBT

Monde Asie

Le gouvernement adopte 133 mesures pour une Belgique LGBTQI+ friendly

Politique

Articles recommandés pour vous