Journal du classique

La Bibliothèque nationale de France lance un appel aux dons pour acquérir un fonds d’archives d’Offenbach

Portrait de Jacques Offenbach (1819-1880)

© © Fine Art Images/Heritage Images via Getty Images

03 sept. 2022 à 08:25Temps de lecture2 min
Par Céline Dekock

C’est un fonds d’archives de Jacques Offenbach unique au monde que la Bibliothèque nationale de France souhaite acquérir. Composé de partitions manuscrites, de livrets manuscrits pour la plupart annotés, de documents iconographiques, de documents d’archives et de papiers personnels, ce fonds est classé "œuvre d’intérêt patrimonial majeur", et provient directement des héritiers du compositeur.

Inventeur et maître incontesté de l’opérette, violoncelliste, directeur de théâtre, compositeur, interprète, Jacques Offenbach était un artiste complet et à part entière. Le créateur du genre de l’Opéra-Bouffe – avec L’Orphée aux Enfers créé aux Bouffes-Parisiens – écrivit plus d’une centaine d’œuvres scéniques. Pourtant, on ne retient qu’une infime partie de ce répertoire : L’Orphée aux Enfers, La Belle Hélène ou encore Les Contes d’Hoffmann.

La Bibliothèque nationale de France a récemment lancé une campagne de financement participatif afin d’acquérir un fonds d’archives du compositeur, comprenant de nombreux manuscrits musicaux qui couvrent "l’ensemble de la période d’activité d’Offenbach", rendant ce fonds unique au monde. Parmi les partitions autographes, on retrouve les partitions d’orchestre de sept opéras-bouffes mais également les partitions des trois premiers actes des Contes d’Hoffmann. Ces partitions contiennent les personnelles d’Offenbach ayant servi pour les représentations en avant-première organisées à son domicile. Si la BnF acquiert le fonds, ces trois partitions exceptionnelles rejoindront la partition du quatrième acte des Contes d’Hoffmann que possède déjà la Bibliothèque nationale de France.

A côté des manuscrits d’œuvres de scènes, le fonds contient également des manuscrits des œuvres vocales et instrumentales d’Offenbach, mais également des documents iconographiques, des documents d’archives et des papiers personnels. Comme le précise le Magazine Diapason, on trouve également dans ce fonds d’archives unique la baguette de direction d’Offenbach, le piano droit Pleyel qu’il conservait dans son bureau ou encore des archives administratives et comptables de la gestion des théâtres de la Gaîté et des Bouffes Parisiens.

Le montant total de ce fonds d’archives unique au monde s’élève à 1,7 million d’euros. La BnF espère recueillir 200.000€ auprès des donateurs. A cette somme viendrait s’ajouter le mécénat d’entreprise. La campagne de financement est lancée jusqu’au 31 décembre 2022.

Sur le même sujet

Abolir les pénalités de retard : le nouveau pari des bibliothèques pour attirer les lecteurs

Littérature

Articles recommandés pour vous