RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

La Cadillac du Sart-Tilman cherche un parrain

La Mort de l'Automobile, une des oeuvres emblématiques du Musée en plein air du Sart Tilman
18 mai 2021 à 14:49 - mise à jour 18 mai 2021 à 14:49Temps de lecture1 min
Par Martial Giot

Fondé en 1977, le Musée en plein air du Sart Tilman compte aujourd’hui plus de 110 pièces disséminées sur le campus de l’Université de Liège. Le passage des ans et les éléments naturels ne sont pas sans effet sur ces œuvres. Certaines ont plus souffert que d’autres. Le musée peut rencontrer de gros problèmes d’entretien et de restauration. Dans certains cas, des interventions, parfois lourdes, sont devenues nécessaires.

Dans ce contexte, le Musée en plein air cherche à diversifier ses sources de financement en se tournant notamment vers le grand public. Il a récemment lancé l’idée de parrainages. Il propose à tout un chacun de devenir parrain d’une œuvre en faisant un don et en participant ainsi aux coûts d’entretien et de restauration. Le musée recherche des parrains pour huit œuvres qui sont emblématiques et représentent de gros dossiers de restauration.

Fernand Flausch devant son oeuvre en 2012 à l'occasion d'une inspection de son état général avant un entretien
Fernand Flausch devant son oeuvre en 2012 à l'occasion d'une inspection de son état général avant un entretien Musée en plein air du Sart Tilman

C’est le cas notamment de "La Mort de l’Automobile", l’œuvre de l’artiste liégeois Fernand Flausch. On y voit une Cadillac plantée dans un cube de béton. Elle est installée depuis 1980 à une des entrées du domaine universitaire. En plus de 40 ans, elle a connu de nombreuses intempéries. La Cadillac prend l’eau. Elle est gagnée par la corrosion. Pour restaurer cette œuvre, il faudra plusieurs dizaines de milliers d’euros.

"Droit et justice pour tous" en 2006
"Droit et justice pour tous" en 2006 Musée en plein air du Sart Tilman

Autre exemple : le "pied" de Félix Roulin. Le titre exact de cette œuvre en pierre calcaire est "Droit et justice pour tous". Elle est installée depuis 1982 à l’entrée de la Faculté de Droit. Félix Roulin a imaginé un pied fissuré comme après un séisme et placé dans un amphithéâtre circulaire entouré de colonnes brisées. Si l’œuvre elle-même n’a rien, tout son environnement s’est dégradé. Un démontage complet puis un remontage seront nécessaires. Cela pourrait coûter de l’ordre de 100.000 euros, selon l’estimation du musée.

Etat actuel des lieux
Etat actuel des lieux Musée en plein air du Sart Tilman

Articles recommandés pour vous