Santé & Bien-être

La chaleur augmente le risque de pierre au rein

La chaleur augmente le risque de pierre au rein.

© © Getty Images

Depuis quelques jours, la chaleur s’installe sur tout le pays. Cette chaleur peut avoir des conséquences pour les personnes qui souffrent de maladies rénales. Des températures élevées contribuent à la formation de pierres dans les reins, c’est-à-dire des cristaux qui les bouchent et qui entraînent de fortes douleurs.

"Le fait de travailler ou de vivre dans un environnement chaud fait que la personne transpire davantage. Ainsi, toute l’eau qui passe par la peau lors de la transpiration est de l’eau qui ne passe pas par les reins et donc qui ne dilue pas les urines. Or, la formation de cristaux dans les urines, et donc de pierres au rein, est plus rapide quand les urines sont concentrées", explique François Jouret, néphrologue au CHU de Liège.

Le réchauffement climatique va aggraver le phénomène

La lithiase, le nom scientifique de cette maladie, est relativement courante. Environ 10% de la population belge est concernée. Diverses études ont démontré que la maladie est plus présente dans les régions chaudes, comme au Proche-Orient ou dans le sud des États-Unis. Cette tendance va s’intensifier avec le réchauffement climatique. "Aujourd’hui aux États-Unis, 40% de la population vit dans une région à haut risque de faire des pierres au rein. En 2050, ce sera 60% de la population qui sera hautement à risque", précise François Jouret.

Pour éviter de se retrouver aux urgences, il faut donc boire beaucoup d’eau mais aussi uriner fréquemment. "Les recherches scientifiques ont démontré que quand on urine plus de deux litres par jour, la récidive est extrêmement peu probable", explique-t-il.

Articles recommandés pour vous