Fenêtre sur doc

La Chine, nouvel Eldorado pour des migrants africains au centre de ce documentaire

Extrait du documentaire "I'm new here"

© Savage Films

26 janv. 2022 à 14:21Temps de lecture2 min
Par Anne Schiffmann

Ce documentaire nous emmène à Canton en Chine et nous plonge dans la vie de Tian Xiu, une immense tour qui abrite logements et commerces en tout genre. Depuis de nombreuses années, cet endroit est devenu l'Eldorado pour les migrants africains qui tentent leur chance dans cette ville, avec plus ou moins de succès.

I'm new here : un documentaire de Bram Van Paesschen qui raconte le monde d’aujourd’hui à voir le samedi 29/01 à 23h15 dans Fenêtre sur doc sur La Trois et à revoir sur Auvio

I'm new here

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ils ne sont pas venus petit à petit, ils sont arrivés d’un coup et en masse. Les autres ne les avaient jamais vus sauf dans leur télévision. Le premier mot chinois qu’ils connaissent est mon nom : Tian Xiu "

Tian Xiu c’est le nom d’une immense tour située à Guangzhou en Chine, ou Canton en français. Tout au long du film, une voix off du film s’exprime en son nom. Après tout, qui mieux que les murs délabrés et les couloirs sombres de cette immense bâtisse construite dans le plus pur style communiste des années 80 en Chine, sait ce qui s’y passe ?

Depuis de nombreuses années, Tian Xiu fait office d’Eldorado pour les migrants africains. Le bâtiment compte une trentaine d’étages. Les magasins se trouvent dans les trois premiers étages. Électronique, vêtements, meubles, matériaux de construction… : ici tout est à vendre à bon prix. Parce que rien n’est produit en Afrique, les hommes et les femmes de Tian Xiu espèrent devenir riches en commerçant avec leur continent d’origine. Aux étages du dessus, il y a principalement des appartements, mais aussi des bureaux et un étage qui sert d’église pour la communauté africaine francophone.

Le cinéaste belge Bram Van Paesschen nous montre les coulisses d’une nouvelle relation économique entre le continent africain et la superpuissance chinoise à travers ceux qui peuplent Tian Xiu. Certains s’adaptent très vite. Ils apprennent la langue, se créent des relations, gagnent de l’argent et survivent. D’autres éprouvent des difficultés avec les lois chinoises qui changent à chaque instant et qui rendent leur vie plus difficile. Leurs affaires échouent à cause de problèmes de communication et la cohabitation entre les deux communautés n’est pas toujours heureuse. Le racisme – caché ou non – est omniprésent dans ce pays qui n’a pas de tradition migratoire venant d’au-delà de ses frontières. " Je suis l’emblème de leur Eldorado mais souvent l’espoir est simplement le messager du désenchantement " dit la tour qui observe ce ballet incessant des nouveaux qui arrivent et de ceux qui repartent au pays, laissant derrière eux les rêves brisés du succès. Tian Xiu est le témoin silencieux d’une histoire imprévisible.

Je termine le film avec un plan dans un karaoké dans lequel Fely, un migrant africain, chante avec un natif de la ville. Pour relativiser et finir par une note un peu plus joyeuse " raconte le réalisateur.  Le générique fin se déroule sur la magnifique chanson " I’m new here " de l’artiste américain Gil Scott-Heron, pendant qu’on revoit tous les visages du film en se demandant ce qu’ils sont devenus aujourd’hui.

Une production de Savage Films en coproduction avec la RTBF et la VRT

Sur le même sujet

Mer Méditerranée : six personnes mortes, 30 portées disparues dans le naufrage de leur embarcation

Monde

Articles recommandés pour vous