RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Chine responsable d'un "génocide" des Ouïghours, estiment des experts réunis à Londres

09 déc. 2021 à 14:17Temps de lecture2 min
Par Belga

Après plusieurs mois d'enquête, un groupe d'avocats et d'experts des droits humains réunis à Londres a estimé jeudi dans son rapport final que la façon dont la Chine traite la minorité musulmane ouïghoure relève d'un génocide et de crimes contre l'humanité.

Les neuf membres du "Tribunal ouïghour", ainsi nommé malgré l'absence de toute autorité judiciaire et dénoncé par Pékin comme une "machine à mensonges", ont écouté de nombreux témoignages et examiné des preuves apportées par des chercheurs indépendants et des associations sur le traitement qui leur est infligé par l'État chinois.

Dans leur rapport de 63 pages, les experts ont indiqué qu'il n'y avait aucune preuve de massacre des Ouïghours, mais que "les éléments d'un génocide intentionnel" tels que définis par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide de l'ONU étaient pourtant "établis". 

"La République Populaire de Chine (RPC) a commis un génocide en imposant des mesures de prévention des naissances destinées à détruire une partie importante des Ouïghours du Xinjiang", ont précisé les experts, estimant que le président chinois Xi Jinping et d'autres hauts cadres en "portent la responsabilité première".

Selon eux, les ablations de l'utérus, les avortements et la pose de stérilets forcés chez les femmes ouïghoures par l'État chinois "se traduiront par un nombre de naissances nettement inférieur à ce qu'il aurait pu être dans les années à venir" et une "destruction partielle des Ouïghours".

Les neuf experts ont aussi estimé la Chine responsable "au-delà de tout doute raisonnable" de "crimes contre l'humanité", citant des "emprisonnements, actes de tortures, viols, violences sexuelles, stérilisations forcées et autres actes inhumains".

La Chine conteste

Selon des organisations de défense des droits humains, au moins un million de Ouïghours et de personnes venues d'autres minorités turcophones, principalement musulmanes, sont incarcérés dans des camps au Xinjiang. La Chine est accusée d'y stériliser de force les femmes et d'imposer le travail forcé.

Pékin conteste et affirme qu'il s'agit de centres de formation professionnelle destinés à les éloigner du terrorisme et du séparatisme, après de nombreux attentats meurtriers commis contre des civils par des Ouïghours.

Si les États-Unis ont déjà affirmé que le traitement des Ouïghours relevait du "génocide", les neuf experts réunis à Londres estiment que leur rapport constitue "la première démonstration publique fondée sur des preuves" d'une telle pratique.

Le "Tribunal ouïghour" n'est affilié à aucun gouvernement et la Chine a refusé toute participation. Pékin a en revanche pris des sanctions contre l'organisation et son président Geoffrey Nice.

Sur le même sujet...

Archive : IZI News du 29/07/2020

Izi News / Ouïghours, on en est où ?

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Répression dans le Xinjiang : l’ONU appelle la Chine à éviter les mesures "arbitraires"

Monde Asie

Dans une Chine qui enferme les Ouïghours, la visite de l’ONU est instrumentalisée selon les militants

Monde Asie

Articles recommandés pour vous