La colère des riverains de Wezembeek-Oppem face à un mur antibruit de plus de 6 mètres de haut

Wezembeek-Oppem : querelle autour du mur antibruit

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 déc. 2020 à 14:46Temps de lecture2 min
Par J.-C. W. et M.-L. M.

Si vous circulez sur le ring de Bruxelles, vous avez certainement aperçu les travaux de construction de murs antibruit. Si l’idée d’éviter les nuisances est bonne, la réalisation pose problème. A certains endroits, ce mur est trop haut pour bon nombre de riverains.

Un nouveau jour se lève sur Wezembeek-Oppem, cette commune limitrophe à la Région bruxelloise. Marie-Pierre, une habitante ouvre ses rideaux mais depuis quelques jours, la vue lui donne presque les larmes aux yeux. Devant sa façade, un grand mur de béton de 7 mètres de haut a remplacé les arbres qui bordaient sa rue.

"Il y a encore plus d’une semaine, quand je me réveillais, j’avais de la végétation, de l’espace. Depuis quelques jours, quand je me lève, presque en pleurs, j’ouvre ce store et je vois un mur. On est en hiver, d’accord, mais je n’ai plus du tout de lumière."

Depuis septembre, la Région Flamande installe des murs antibruit sur le Ring, à cheval sur les communes de Krainem et Wezembeek-Oppem. Au total, quatre kilomètres de murs sont construits dans chaque sens de circulation. À certains endroits, comme dans le quartier de Marie-Pierre, la hauteur dépasse les six mètres.

C’est Guantanamo

"La différence de bruit, on ne l’entend pas à l’oreille, commente Marie-Pierre dans son salon avec le mur juste derrière elle. Il faut la mesurer. Je n’entends pas de différence par rapport à ce que nous avions avant : un mur végétal de quatre mètres de haut. C’était parfait."

Si la dimension peut surprendre, elle est justifiée par l’isolation acoustique qu’elle procure sur plusieurs centaines de mètres. Mais pour les premiers riverains concernés, c’est une aberration. Ils se sont rassemblés dans la rue et les commentaires fusent. "On perd une vision verte", "c’est Guantanamo", "il ne manque plus que le mirador !"

Alain Borremans, riverain, résume les revendications de ces habitants. "Ce qu’on demande, c’est d’abaisser le mur de moitié et d’aménager le parterre avec des arbres, avec des plantes. Ce mur est beaucoup trop haut (pour continuer à avoir de) la luminosité. Et au niveau diminution de bruit, ça ne changera rien du tout."

Pas sûr que la demande de réduction soit entendue par la Région Flamande, mais la commune, elle, s’est engagée à planter un peu de verdure. Il faudra beaucoup de patience pour que la nature soit aussi luxuriante qu’auparavant. Mur ou pas, le dossier fait grand bruit.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus