Monde

La Communauté politique européenne voit le jour ce jeudi à Prague

© Tous droits réservés

05 oct. 2022 à 18:55Temps de lecture2 min
Par Belga, édité par Victor de Thier

De l'Islande à la Turquie, du Royaume-Uni à l'Azerbaïdjan: les dirigeants de 44 pays de l'Europe au sens large doivent se retrouver ce jeudi à Prague pour la première réunion de la "Communauté politique européenne", un nouveau forum de coopération né de la volonté de stabilité et de sécurité d'un continent secoué par l'agression russe en Ukraine.

L'ambition est de réunir les dirigeants sur un pied d'égalité et de favoriser le dialogue politique et la coopération sur des questions d'intérêt commun, afin qu'ensemble nous œuvrions à renforcer la sécurité, la stabilité et la prospérité de l'Europe dans son ensemble.

Le président du Conseil européen Charles Michel, dans sa lettre d'invitation

L'idée, qui avait déjà plané dans l'esprit de certains, a véritablement émergé en mai dernier dans la bouche du président français Emmanuel Macron: créer une plateforme où les "nations européennes démocratiques adhérant à notre socle de valeurs (trouveraient) un nouvel espace de coopération politique, de sécurité, de coopération en matière énergétique, de transport, d'investissements, d'infrastructures, de circulation des personnes et en particulier de nos jeunesses".

D'aucuns y voient la possibilité de rapprocher rapidement de l'UE des pays qui, comme l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie, aspirent à y entrer, tandis que le processus d'adhésion, long et complexe, est susceptible de durer des années voire des décennies, et donc de décourager les candidats. "Il s'agit de donner un avant-goût de l'UE pour prévenir les frustrations de l'attente et de diffuser sa culture démocratique libérale en amont des adhésions, pour prévenir des situations actuelles à la hongroise", analyse Sébastien Maillard, directeur de l'Institut Jacques Delors.

De nombreux pays présents

Ces pays, dont ceux des Balkans occidentaux, seront bien présents à Prague. Ils veilleront à ce que la nouvelle "Communauté" ne se transforme pas en une voie de garage pour leur dossier d'adhésion à l'Union. L'Ukraine sera représentée par son Premier ministre Denys Sjmyhal, tandis que le président Volodymyr Zelensky interviendra par visioconférence.

Mais d'autres pays qui n'ont pas d'envie déclarée d'entrer dans l'UE, comme la Norvège, l'Islande ou la Suisse, ont répondu à l'invitation. Tout comme le Royaume-Uni, qui est sorti de l'Union il y a deux ans et veut à nouveau jeter des ponts vers le continent. Plus même, les Britanniques ont offert d'organiser l'an prochain la deuxième réunion de la Communauté politique européenne.

Message au Kremlin

Le message s'adresse aussi au Kremlin. "Donner à voir la Grande Europe représente un tour de force bienvenu en pleine agression russe, alors que Poutine cherche la division et à opposer l'Occident au reste du monde", selon l'Institut Delors.

La réunion débutera à 13h00 par une plénière où chacun prendra la parole. Elle sera suivie de réunions bilatérales tous azimuts. C'est ainsi qu'après la récente reprise des tensions armées entre Erevan et Bakou, une entrevue est prévue entre le Premier ministre de l'Arménie Nikol Pasjinian et le président de l'Azerbaïdjan, Ilham Aliev, en présence de MM Michel et Macron.

Après cette journée qui se ponctuera par un dîner, les chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne passeront la nuit à Prague pour tenir, vendredi, un sommet informel dont la guerre russe en Ukraine et la crise énergétique seront les sujets les plus brûlants.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous