RTBFPasser au contenu
Rechercher

Santé & Bien-être

La consommation d'œufs n'augmente pas le risque de maladies cardiovasculaires selon une vaste étude

Une vaste étude montre que la consommation d’œufs n’augmente pas le risque de maladies cardiovasculaires
06 mars 2020 à 15:00Temps de lecture2 min
Par RTBF Tendance avec AFP

Ces nouvelles recherches, supervisées par des équipes de l’Harvard T.H. Chan School of Public Health et du Brigham and Women’s Hospital, ont analysé des données émanant de trois grandes cohortes. La première comprenait 83.349 infirmières âgées de 30 à 55 ans, la deuxième 90.214 infirmières âgées de 25 à 44 ans, et la troisième 42.055 professionnels de santé masculins entre 40 à 75 ans. Tous les participants ne souffraient ni de maladies cardiovasculaires, ni de diabète de type 2, ni de cancer en début d’étude.

Les scientifiques se sont intéressés à un lien possible entre la consommation d’œufs des participants et les taux de maladies cardiovasculaires (dont les crises cardiaques non létales, les maladies coronaires létales et les AVC) sur une période allant jusqu’à 32 ans.

 

Entre un et 5 œufs par semaine

Leurs résultats, repris par la revue The BMJ le 5 mars, ont montré que la plupart des participants consommaient entre un et cinq œufs par semaine, et ceux qui mangeaient plus d’œufs avaient tendance à consommer plus de viande rouge, à afficher un indice de masse corporelle plus élevé et étaient moins susceptibles d’être traités avec des statines, une classe de médicaments fréquemment utilisée pour aider à abaisser le cholestérol pour protéger de la survenue de crises cardiaques et d’AVC.

De plus, les scientifiques ont trouvé qu’après avoir pris en compte d’autres facteurs pouvant influer sur les résultats, tels que l’âge, les habitudes quotidiennes et l’alimentation, ils n’ont pas trouvé de lien entre la consommation quotidienne d’un œuf et un risque accru de maladies cardiovasculaires, en comparaison avec les sujets qui consommaient moins d’un œuf par mois.

 

28 études analysées

Pour poursuivre leurs recherches, ils ont ensuite mené une méta-analyse de 28 études observationnelles, qui n’ont pas non plus trouvé de lien entre la consommation d’œufs et le risque de maladies cardiovasculaires chez les participants aux Etats-Unis et en Europe. De plus, leurs résultats ont montré qu’une consommation modérée d’œufs était associée à un risque un peu abaissé de maladies cardiovasculaires chez les populations asiatiques. Les chercheurs expliquent que cela pourrait découler du fait que les œufs sont souvent ajoutés à une variété de plats asiatiques, alors que dans la culture occidentale, ils vont souvent de pair avec des aliments moins sains (viande rouge, charcuteries et céréales raffinées).

Bien que les œufs représentent une source de nutriments abordable et rapide à préparer, comprenant des protéines, du fer et des acides gras non saturés, certaines personnes pensent qu’une consommation trop importante pourrait être un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires du fait de leur concentration en cholestérol.

Les chercheurs soulignent que cette étude étant fondée sur l’observation, elle ne peut pas établir de lien de cause à effet entre les œufs et le risque de maladies cardiovasculaires. De plus, l’étude a par ailleurs montré que les personnes qui consommaient de plus grandes quantités d’œufs avaient tendance à être en moins bonne santé en général. En revanche, leurs conclusions de l’étude et de la méta-analyse laissent penser qu’une consommation modérée d’œufs, un par jour, n’était pas associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires.

Sur le même sujet

Confinement : les poules, nouvelle passion des confinés à la campagne

Environnement

Consommer entre 3 et 6 œufs par semaine pourrait doper la santé cardiovasculaire

Santé & Bien-être

Articles recommandés pour vous