Regions Bruxelles

La cour d'appel de Bruxelles contraint les chauffeurs LVC utilisant Uber à cesser d'opérer dès ce vendredi

© Getty Images

24 nov. 2021 à 16:24 - mise à jour 24 nov. 2021 à 16:50Temps de lecture2 min
Par Belga

Les chauffeurs titulaires d'une licence LVC (Location de Voiture avec Chauffeur), qui utilisent l'application Uber pour le transport rémunéré de personnes, sont contraints de cesser d'opérer dès ce vendredi, a communiqué Uber. Selon l'entreprise américaine, c'est ce qu'il ressort d'un arrêt de la cour d'appel de Bruxelles, rendu ce mercredi.

"Ce jour, mercredi 24 novembre, la cour d'appel de Bruxelles a rendu un arrêt impliquant que l'injonction de cesser d'opérer, émise en 2015 à l'encontre d'UberPop (qui permettait à des particuliers de fournir des services de transport de passagers), s'applique également aux services de mobilité fournis par des conducteurs professionnels LVC", a déclaré l'entreprise Uber, via un communiqué, mercredi en fin d'après-midi. 

"Cela signifie qu'à partir de ce vendredi 26 novembre, à 18h00, 2.000 conducteurs bruxellois titulaires d'une licence LVC perdront leurs sources de revenus, et que des centaines de milliers de passagers n'auront plus accès à ces options de transport sûres et abordables", a-t-elle commenté.

"Cette décision a été prise sur la base d'une réglementation obsolète, rédigée à une époque antérieure aux smartphones, que le gouvernement a promis de réformer au cours des sept dernières années, exercice auquel il a échoué", a déclaré Laurent Slits, qui dirige les opérations d'Uber en Belgique. "Nous sommes profondément préoccupés pour les 2.000 chauffeurs bruxellois LVC qui vont perdre leur capacité à générer des revenus à partir de vendredi. Nous demandons instamment au gouvernement bruxellois d'agir rapidement pour réformer une fois pour toutes le secteur des taxis et des LVC, afin que les chauffeurs puissent continuer à travailler et subvenir aux besoins de leur famille".


►►► À lire aussi : Deliveroo, Uber, Takeaway... Le fédéral lance un forum de consultation sur l'économie de plateforme


Le Groupement national des entreprises de voitures de taxis et de location avec chauffeur (GTL-TAXI) estime que l'arrêt vient mettre un point final à la situation à Bruxelles. "Il est désormais évident pour tout le monde: Uber aurait toujours dû opérer avec des chauffeurs sous licence de taxi. Plus tôt cette année, il a aussi été décrété en appel que le règlement en vertu duquel les chauffeurs Uber opéraient depuis 2017 n'était largement pas respecté". 

L'organisation se tourne désormais vers les chauffeurs Uber: "Les entreprises de taxi ont perdu bien des chauffeurs depuis 2019 à cause de la crise du coronavirus et sont désormais confrontées à une pénurie de nouveaux conducteurs. Elles sont prêtes à employer à court terme des chauffeurs Uber avec un contrat de travail, un salaire décent et une sécurité sociale avantageuse. De cette manière, les clients d'Uber ne seront pas non plus laissés pour compte", avance le groupement.

Sur le même sujet

Plan Taxi : pour la FGTB-UBT, il n’y a pas besoin d’Uber car il y a de nombreuses offres d’emploi chez les taxis bruxellois

Plan taxi : la commission des Affaires intérieures adopte la solution transitoire du gouvernement

Articles recommandés pour vous