RTBFPasser au contenu
Rechercher

Info

La Cour pénale internationale rejette une demande d'enquête de la Bolivie sur Evo Morales

14 févr. 2022 à 23:01Temps de lecture1 min
Par Belga

La Cour pénale internationale (CPI) a rejeté lundi une demande, formulée par la Bolivie, d'enquête pour crimes contre l'humanité concernant l'ancien président Evo Morales et les organisateurs d'un vaste mouvement de barrages routiers.

Le gouvernement bolivien avait demandé en septembre 2020 à la CPI d'enquêter sur cette campagne de blocage des routes organisée par des soutiens de M. Morales. Selon La Paz, le mouvement a provoqué la mort de plus de 40 malades du Covid-19 parce que l'oxygène n'a pu être livré à temps aux hôpitaux. Les blocages avaient commencé en août 2020 après un nouveau report des élections par le gouvernement.

Mais le procureur en chef de la CPI, Karim Khan, a déclaré lundi qu'il n'allait pas ouvrir une enquête officielle concernant les barrages boliviens, car les actes visés n'entrent pas dans les attributions de la cour, basée à La Haye.

"Au terme d'une évaluation approfondie et indépendante des informations à la disposition de mon bureau, j'ai conclu que les critères fixés par le Statut de Rome pour l'ouverture d'une enquête n'étaient pas remplis", a indiqué M. Khan. "Je suis parvenu à la conclusion que le comportement allégué ne réunissait pas les éléments contextuels constitutifs de crimes contre l'humanité."

Pour M. Khan, "les informations disponibles ne fournissent pas de base raisonnable permettant de croire que les crimes prétendument commis par les organisateurs du blocus et les personnes y ayant pris part - même si ces crimes étaient établis - ont constitué une campagne dirigée contre la population civile de Bolivie", et donc un crime contre l'humanité.

Articles recommandés pour vous