La Grande Forme

La crise du quart de siècle : ce nouveau phénomène qui touche les jeunes générations

La crise du quart de siècle

© Getty Images

Dépression, anxiété, fatigue... De récentes études publiées par la "Harvard Business Review" pointent l’émergence d’une crise vers les 25-30 ans. Quelles en sont les causes et les conséquences ? Comment la gérer ? Plus d’explications avec le Dr Caroline, psychiatre référente de "La Grande Forme."

Cette crise de vie se produit chez les 18-28 ans. Les personnes qui en sont atteintes sont perdues, dépriment, se sentent coincées dans leur vie, mal dans leur peau et estiment qu’elles ne sont pas (ou plus) à leur juste place. Il y a 30 ans, l’âge moyen d'apparition de la dépression était de 48-50 ans. Maintenant, cet âge moyen est descendu à 25-28 ans.

Selon Dr Caroline, il y a cinq raisons principales à l'apparition de cette crise :

  • Les jeunes adultes sont pris dans une certaine ambiguïté qu’ils ressentent et qu’ils vivent : ils deviennent autonomes et ont leur premier job, et en même temps, ils sont encore traités comme des enfants par leurs parents, surtout tant qu’ils ne sont pas mariés et qu’ils n’ont pas d’enfants. C’est d’autant plus vrai que l’on retarde de plus en plus l’âge des premiers enfants ou d’un engagement.
  • Il existe une certaine instabilité des relations : c’est le temps des premières séparations douloureuses, du départ de la maison parentale ou du kot communautaire avec ses vieux potes.
  • Les jeunes peuvent avoir le sentiment d’être coincé dans leurs job, parce qu’ils ont l’impression de n’avoir pas tout à fait choisi leurs études mais d’avoir été poussé, influencé par les attente familiales. ils peuvent aussi être piégé dans une relation amoureuse qui date de leur adolescence et qui est sur un mode pilote automatique. Ou au contraire, ils peuvent avoir le sentiment de ne pas trouver leur place, de ne pas savoir ce qu’ils veulent faire dans la vie, d’errer.
  • Les jeunes actuels vivent de façon particulièrement intense l’éco-anxiété (anxiété autour des questions écologiques de changement climatiques et de crise énergétiques) puisqu’ils ont l’impression d’hériter d’un monde en perdition.
  • La Crise du Covid a également joué un rôle dans l’isolement social et la perte de repères.

La crise du quart de siècle : ce nouveau phénomène qui touche les jeunes générations

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Que peut-on y faire ?

Face à cette crise du quart de siècle, nous avons plusieurs options : 
  • On peut alors s’isoler, déprimer, rester seul avec ses préoccupations, développer un sentiment de désespoir. Le risque est alors de développer des troubles psyhologiques comme une dépression, des idées noires, des crises d’angoisse. Dans ces cas, il est important d’aller consulter et éventuellement de prendre un traitement antidépresseur si une véritable dépression s’est installée.
  • On peut tout plaquer sur un coup de tête et aller faire du yoga dans un ashram en Inde pendant deux ans. Pourquoi pas, ces processus peuvent être constructifs mais ils sont lourds à porter et sont parfois signes d’une fuite en avant, or nos problèmes on les transporte en général avec nous et on ne fait que retarder les problèmes.
  • On peut voir cette crise comme une opportunité de croissance et exploiter sa curiosité et sa capacité d’exploration (typiques aussi de cet âge.) Donc, on peut prendre conscience de cette crise et en profiter pour faire un travail sur soi même seul ou accompagné (ensuite on peut décider de tout plaquer, mais alors de façon consciente et construite). Le travail consiste en un apprentissage de la régulation de ses émotions (puisque c’est généralement ces émotions qui nous submergent et par rapport auxquelles on a du mal à prendre distance).
  • Les reconnaître dans toute leur mixité : il y a des émotions agréables et des désagréables, c’est comme ça dans la vie, pour tout le monde tout le temps.
  • Les accepter (sans jugement ou tenter de les dénier ): c’est ok d’avoir des émotions désagréables ce n’est pas spécialement un signe qu’on est en train de rater sa vie.
  • Voir ce qu’elles ont à nous dire et comment on peut se rassurer : qu’est ce que cette émotion m’apprend sur moi-même, de quoi ai-je besoin et où/comment puis-je le trouver ?

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous