Regions Liège

La cueillette des poires bat son plein

La cueillette des poires bat son plein

© RTBF - Marc Mélon

08 sept. 2022 à 13:28Temps de lecture2 min
Par Marc Mélon avec Caroline Adam

La récolte des poires est en cours. Elle a eu différents moments, selon la variété. Cette année, grâce au soleil, les poires sont bien sucrées. Et, heureusement, les arbres fruitiers n'ont pas trop souffert de la sécheresse.

Des poires d'une qualité extraordinaire

Jules-André Goffin, producteur de fruits à la Ferme des Hêtres, à Rosoux
Jules-André Goffin, producteur de fruits à la Ferme des Hêtres, à Rosoux RTBF - Marc Mélon

Direction tout d'abord dans un verger de Berloz, où les cueilleurs sont au travail. Les fruits ont bien profité des rayons du soleil, les poires de la variété Doyenné rouge s'accumulent dans les palox. "La qualité cette année-ci est assez extraordinaire. Le temps a été très favorable pour que nos fruits contiennent un taux de sucre assez exceptionnel" explique Jules-André Goffin, producteur de fruits à la Ferme des Hêtres, à Rosoux. Au niveau des quantités par contre, cela dépend du fruit: "Pour les poires, c'est moins important que d'autres années, mais pour les pommes, ce sera plus ou moins équivalent."

Heureusement, les arbres fruitiers n'ont pas trop souffert de la sécheresse, comme le précise le producteur: "Notre sol a permis à nos arbres de supporter cette sécheresse car ils ont trouvé encore suffisamment d'eau".

On trie déjà parce qu'il y a une grosse demande

Nicolas Goffin, producteur de fruits à la Ferme des Hêtres.
Nicolas Goffin, producteur de fruits à la Ferme des Hêtres. RTBF - Marc Mélon

La cueillette bat son plein, et dans les hangars de la Ferme des Hêtres, le triage des fruits est effectué en fonction du calibre de la poire: "On trie déjà parce qu'il y a une grosse demande", explique Nicolas Goffin, également producteur de fruits à la Ferme des Hêtres. "Le marché était vide de l'année passée, et finalement, on trie parce que la demande est là, les prix sont bons, et donc c'est une motivation que pour pouvoir commencer directement."

Pas de frigo = moins de frais

Le succès est au rendez-vous, d'autant plus si le fruit est gros, comme le confirme Nicolas Goffin: "Les grosses poires ont beaucoup de succès parce qu'elles sont plus rares cette année-ci. En raison d'une année de sécheresse, les calibres étaient un peu plus petits, et nous, dans nos sols riches de Hesbaye, on a quand même une poire de qualité, une poire de gros calibre, et donc on a une poire qui correspond aux attentes du marché."

Ce qui est vendu est vendu, cela permet des économies d'énergie car les fruits ne passeront pas par les frigos: "Les frais, l'année dernière, étaient aux alentours de 8 ou 9 cents du kilo. On s'attend, avec le prix de l'électricité qui augmente, à des frais de 15 à 16 cents au kilo pour nos poires cette année" confie le producteur.

Dans les vergers, l'activité sera constante pendant plusieurs semaines.

Et dans les grandes surfaces?

Maxime Beauduin, dirigeant du Proxy Delhaize de Braives.
Maxime Beauduin, dirigeant du Proxy Delhaize de Braives. RTBF - Marc Mélon

Du côté des grandes surfaces, les pommes et les poires font également recette. Les fruits de saison excitent les papilles gustatives. Et les patrons des grandes surfaces le savent. "Les pommes et les poires sont des fruits de saison, donc automatiquement, les gens remettent des pommes et des poires dans les cartables des enfants" explique Maxime Beauduin, dirigeant du Proxy Delhaize de Braives. "On observe aussi un changement des mentalités où les gens partent plutôt sur des fruits plutôt que sur une collation chocolatée et sucrée" conclut-il.

Articles recommandés pour vous