Regions

La direction de Sagrex a cédé : l’indemnité de déplacement des travailleurs sera augmentée

© Tous droits réservés

La direction et les représentants des travailleurs de l’entreprise Sagrex ont rédigé un protocole d’accord, dans la nuit de lundi à mardi, après une semaine de grève dans les carrières wallonnes de la société, a indiqué un représentant syndical à l’agence Belga.

La deuxième semaine de grève a débuté lundi, après l’échec de plusieurs tentatives de conciliation menées la semaine dernière.

"Suite au constat de blocage persistant dans une partie de ses sites en Wallonie, nous avons décidé de faire une nouvelle tentative de relance du dialogue social, car cette situation est dommageable, tant pour les travailleurs que pour l’entreprise, en cette période de crise", avait annoncé, lundi après-midi, la direction de Sagrex à l’agence Belga.

De nouvelles négociations avaient dès lors été entreprises, lundi vers 17h00, au siège social de la société, à Braine-l’Alleud.

La direction accède à la demande des travailleurs

"Après plus de sept heures de débats, nous sommes parvenus à un protocole d’accord qu’il faudra soumettre aux travailleurs. En résumé, la direction accède à notre demande d’augmenter, dans le cadre d’une convention valable durant au moins un an, l’indemnité de déplacement des travailleurs", a précisé, à l’agence Belga, le permanent syndical Frédéric Lucchetta (FGTB), mardi peu avant 1h00 du matin.

Si le protocole est approuvé ce mardi par les travailleurs, l’ensemble des activités pourront reprendre, au plus tard mercredi, dans les carrières wallonnes de Sagrex.

Le pouvoir d’achat en question

Les travailleurs avaient justifié leur action par l’explosion du coût des carburants qui touche fortement les ouvriers lors de leurs déplacements vers leur lieu de travail.

L’inflation et la flambée des prix de l’énergie ont amené les travailleurs de Sagrex à demander un geste pour les aider à supporter le coût des carburants. Non satisfaits de la réponse apportée par la direction de la société, ils avaient, via leurs représentants, déposé un préavis de grève au début du mois de juillet.

Sur le même sujet : JT du 29/08/2022

Un effet tâche d’huile dans l’industrie ?

L’accord concerne un supplément de participation des frais de déplacements des travailleurs à hauteur de 15% explique Frédéric Luchetta, permanent GFTB : "Ça ne couvre pas tous les frais évidemment. On estime qu’un travailleur qui fait un trajet de 50 kilomètres, passera de 140 à 100 euros par mois en frais de déplacement grâce à cette aide". Le bras de fer avec la direction concentré principalement sur 7 sites du groupe Sagrex aura un effet sur l’ensemble des 18 sites où les mêmes indémnités seront appliquées mais le permanent FGTB estime qu’il pourrait faire tache d’huile : "C’est vrai que ce protocole d’accord pourrait être une base pour d’autres permanents dans d’autres secteurs de l’industrie afin d’aller voir la direction et obtenir le même type de compensation". Quitte à mettre sous pression financière des groupes industriels qui eux aussi souffrent des prix de l’énergie ? "On le sait bien qu’ils souffrent. Mais les travailleurs aussi ont du mal à payer leurs trajets, leurs factures et nous nous sommes là pour défendre les travailleurs car les indexations de salaire ne couvrent pas le taux d’inflation".

Au sein du groupe HeidelbergCement Benelux, l’entreprise Sagrex produit des granulats utilisés dans la construction sur les marchés belge, néerlandais, allemand et français.

Leader sur les marchés belge et néerlandais, Sagrex emploie près de 400 personnes réparties sur ses 20 sites, dont 18 en Belgique et 2 aux Pays-Bas, ainsi qu’en son siège social établi à Braine-l’Alleud.

Sur le marché belge, l’entreprise est représentée par les marques CBR, Sagrex et Inter-Beton.

Sur le même sujet

Grève dans les carrières de la société Sagrex : nouvelle tentative de conciliation annoncée

Regions

Deuxième semaine de grève dans les carrières wallonnes de l'entreprise Sagrex

Regions

Articles recommandés pour vous