Patrimoine

La fameuse momie "enceinte" pourrait-elle aider à lutter contre le cancer ?

La "momie enceinte" est passée au scanner dans un laboratoire polonais

Elle a défrayé la chronique il y a quelques mois. La "momie enceinte" conservée à Varsovie connaît un nouveau rebondissement dans son histoire rocambolesque : l’Égyptienne serait a priori morte d’un cancer à un jeune âge. Son analyse pourrait aider à mieux comprendre la maladie et son histoire.

On a d’abord pensé qu’elle était la momie d’un homme, avant de se rendre compte qu’il s’agissait d’une femme qui, selon les scientifiques de l’université de Varsovie où elle est conservée, porterait un fœtus dans ses entrailles. Ce qui en ferait la seule momie connue au monde à être enceinte.

Le squelette de la momie reconstitué en 3D grâce à l'imagerie médicale

Décédée alors qu’elle avait entre 20 et 30 ans, les causes de la mort de la mystérieuse femme ont intrigué l’équipe polonaise d’archéologues qui a voulu savoir comment et pourquoi elle est passée de vie à trépas à un si jeune âge. Les scientifiques ont donc fait passer un examen radiologique à la momie, et ainsi analyser les os cachés sous les bandelettes grâce à l’imagerie médicale.

La technique n’est pas neuve, de nombreuses momies sont passées sous des scanners. Dernièrement, c’est le pharaon Amenhotep Ier qui a dévoilé certains de ses secrets sans qu’aucune de ses bandelettes ne soit ôtée.

Notre momie "polonaise" a donc livré une partie de son bilan de santé grâce aux informations détectées sur son squelette, et particulièrement grâce aux os de son crâne. Les scientifiques ont observé des traces qui laissent penser que la jeune femme souffrait d’un cancer du nasopharynx, cavité qui relie le nez et la gorge. L’os arrière de l’orbite de l’œil gauche présente également des caractéristiques qui pourraient indiquer la présence d’une petite tumeur, éventuellement une métastase.

Loading...

Des examens plus poussés doivent être réalisés sur les restes de l’Egyptienne afin de bien s’assurer qu’elle souffrait effectivement d’une maladie similaire, et que c’est bien cela qui lui a ôté la vie. Mais ce qui sera surtout intéressant à analyser, ce sont les facteurs qui ont pu provoquer ce cancer. Il y a 2000 ans, on ne fumait pas encore de tabac, et on ne buvait pas d’alcool fort. On était également bien moins exposés à la pollution de l’air. Autant de facteurs qui peuvent causer l’apparition d’un cancer du nasopharynx.

Le crâne de la momie "enceinte" a été radiographié
Le crâne de la momie "enceinte" a été radiographié © AFP or licensors

L’analyse de restes humains anciens, comme notre momie, permet de mieux comprendre la maladie et son histoire, et de déterminer quelles peuvent être les causes aggravantes, que ce soit la consommation de certains produits, la pollution, une infection virale comme celle du papillomavirus, ou une prédisposition génétique. Mieux en comprendre les causes, pour mieux la soigner.

Contrairement à ce que l’on pense, le cancer n’est pas une maladie moderne. On a retrouvé de nombreux restes d’individus, de toutes époques confondues, souffrant de tumeurs. Le plus vieux cas connu remonte même à 1,7 million d’années. Il s’agit d’un hominidé sud-africain qui a démontré que nos lointains ancêtres en souffraient également.

Les archéologues du Warsaw Mummy Project espèrent donc que les examens histopathologiques, soit l’étude au microscope des tissus organiques, pourront aider à combler certaines zones d’ombre quant à l’histoire ancienne de la maladie, et ainsi mieux l’appréhender de nos jours. La comparaison moléculaire entre ce cancer vieux de 2000 ans et les cancers actuels pourrait s’avérer précieuse.

La présence d’une tumeur pourrait-elle expliquer l’étrange masse que les scientifiques ont repérée sur les images, et qui ressemble fortement à un fœtus ? La théorie de la grossesse de la momie n’a en effet pas convaincu tout le monde, puisque d’autres scientifiques ont remis en question les conclusions de l’étude polonaise. Selon eux, rien indique que cette masse est effectivement un enfant en gestation. Il faudra attendre les analyses pour le savoir.

La masse identifiée grâce à l'imagerie médicale est-elle un foetus ou non ?
La masse identifiée grâce à l'imagerie médicale est-elle un foetus ou non ? © AFP or licensors

Sur le même sujet

Le visage de Ramsès II reconstitué grâce à la 3D

Patrimoine

Le halloumi aurait-il des origines égyptiennes ?

Patrimoine

Articles recommandés pour vous