Patrimoine

La fascination pour les samouraïs créent de nouveaux collectionneurs d'art

Plusieurs armures de l’époque Edo figurent parmi les pièces maîtresses de la vente de Christie’s dédiée à l’art japonais et coréen.

© Photographie Courtesy of Christie's

11 sept. 2022 à 08:40Temps de lecture2 min
Par AFP

L’ombre du samouraï plane sur la littérature, les mangas, les films et les séries télévisées. Christie’s espère capitaliser sur la fascination que le grand public entretient pour ces guerriers nippons durant sa prochaine vente dédiée à l’art japonais et coréen.

A cette occasion, Christie’s mettra aux enchères une vingtaine d'épées, de casques et d'armures séculaires. Certains de ces sabres proviennent de la collection du musée Kaisendo, à Yamagata.

L’un d’entre eux a été fabriqué par Nagasone Okisato Nyudo Kotetsu, un célèbre forgeron du début de l’époque Edo (1603-1868). La maison d’enchères estime qu’il pourrait passer sous le marteau pour un prix compris entre 50.000 et 70.000 dollars.

Toutefois, le clou de cette vacation est une armure remontant à l’époque Edo, accompagnée d’un casque datant, lui, de l’époque de Kamakura (1185-1333). Ces pièces ont appartenu à Kato Yasutake, le daimyo (seigneur local japonais) de la septième génération du clan Ozu dans la province d'Iyo. A l’époque, cet ensemble ne remplissait pas de fonction pratique. Il s’agissait surtout d’un objet d’apparat aussi codifié que raffiné. L’estimation de ce lot de collection : entre 180.000 et 250.000 dollars. 

Plusieurs armures de l’époque Edo figurent parmi les pièces maîtresses de la vente de Christie’s dédiée à l’art japonais et coréen. L’une d’entre elles, ayant appartenu au seigneur Hachisuka Muneshige, pourrait atteindre entre 80.000 et 120.000 dollars aux enchères. 

Des sculptures, des peintures, des paravents, des objets en laque et des gravures sur bois viennent compléter le catalogue de cette vacation, qui se déroulera le 20 septembre à New York. Elle devrait rapporter entre 700.000 et 1 million de dollars, d’après Penta.

Un montant modeste pour un risque calculé de la part de Christie’s. En effet, c’est la première fois depuis 2009 que la maison de vente propose aux enchères une sélection d’armures et d’armes japonaises. A l’époque, de nombreux visiteurs s’étaient rendus au Met pour se plonger dans la culture des samouraïs à travers l’exposition "Art of the Samurai".

Treize ans plus tard, le grand public continue d’être fasciné par tout ce qui touche à ces guerriers mythiques. Un intérêt "suscité, en partie, par la pop culture, et notamment les films et les jeux vidéo qui mettent en scène des armes et des armures japonaises, comme 'Kill Bill' de Quentin Tarantino et 'Le dernier samouraï avec Tom Cruise'", comme l’a déclaré Takaaki Murakami, responsable de l'art japonais et coréen chez Christie's à New York, au magazine spécialisé.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous