RTBFPasser au contenu
Rechercher

Le 6/8

"La femme d’après" et "Le blues des phalènes", 2 romans noirs psychologiques à découvrir

Romans noirs psychologiques

Le 6-8

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Michel Dufranne présente deux romans noirs psychologiques dans le 6-8.

C'est avec 2 romans, assez particulier, que revient Michel Dufranne dans le 6-8. Ils appartiennent tous à une catégorie qui ne permet pas d’avoir des enquêtes mais qui relatent la vie des gens, dans un contexte bien précis. C’est de romans noirs psychologiques dont il est question.

"La femme d’après" d’Arnaud Friedmann

L’héroïne de cette histoire est une jeune quinquagénaire. Son histoire commence lors d’une soirée qu’elle passe avec un ancien amour. Loin d’aboutir comme elle l’aurait souhaité, elle rentre chez elle à une heure très tardive. Sur le chemin de retour, elle croisse un groupe de jeunes garçons qui l’interpellent en lui faisant remarquer qu’il est dangereux, pour une femme, de rentrer seule à cette heure-là. Contrairement à ce qu’on pourrait redouter, rien ne se passe à ce moment. Ce n’est que le lendemain qu’elle apprend, que 10 minutes après son passage, au même endroit, une femme a été agressée et est retrouvée morte.

Une série de questions et de sentiments commencent à se bousculer dans sa tête : le remords d’une part et la remise en question d’une autre.

Cet événement traumatisant a eu comme effet de réveiller en elle un grand nombre de réflexions liées à son âge, sa vie, ses choix, son corps et la société.

"Le blues des phalènes" de Valentine Imhof

Même si son autrice est française, ce roman est considéré comme un grand roman américain. Valentine Imhof choisit de partir d’un événement historique afin d’exposer le portrait de 4 personnages.

En 1917, l’explosion de Halifax, au Canada, a bouleversé le monde durant la période de guerre. C’est par cette tragédie que débute l’histoire de 4 personnes, dont l’évolution se prolongera dans les années 30-35. Plongé dans des réalités complètement différentes, le lecteur se retrouve face aux colères, aux blessures, à la crise et la manière dont ils essayent chacun de s’adapter pour survivre.

L’écriture de ce livre va dans le même sens que l’événement relaté : elle est explosive, difficile, on ressent du souffle ainsi que des éclatements à travers les personnages et la temporalité. Cependant, il y a malgré les violences psychologiques des moments poétiques.

"C’est un roman dur, il faut trouver son rythme mais une fois rentré dedans il vaut la peine", conclu Michel.

Retrouvez les avis littéraires de Michel Dufranne, et bien d’autres chroniques dans Le 6-8 en semaine sur la Une.

Sur le même sujet

Quand une statue représentant la solitude d’une personne âgée suscitait l’émoi en Espagne

Le 6/8

"Une déchirure dans le ciel" de Jeanine Cummins : une enquête sur la face sombre de la société américaine

Entrez sans frapper

Articles recommandés pour vous