RTBFPasser au contenu
Rechercher

La "fille au napalm", photo iconique de la Guerre du Vietnam, a 50 ans

La photo prise par Nick Ut le 8 juin 1972
08 juin 2022 à 12:25 - mise à jour 08 juin 2022 à 12:49Temps de lecture2 min
Par Alain Lechien

S’il y a une photo iconique représentant l’horreur de la guerre du Vietnam, c’est bien celle-là : celle qui représente une fillette nue qui court sur une route sur laquelle une bombe au napalm vient de tomber. Cette photo a été prise le 8 juin 1972, il y a 50 ans.

Kim Phuc Phan Thi a 9 ans et, ce jour-là, elle court sur une route pour fuir le bombardement par l’armée américaine de son village Trảng Bàng. Elle est brûlée par les flammes qui consument ses vêtements et atteignent sa nuque, son dos et son bras gauche.

Le napalm est de l’essence gélifiée qui a notamment été utilisée dans des bombes incendiaires (et dans les lance-flammes). Sa formule a été mise au point afin qu’il s’enflamme à une certaine température tout en collant aux vêtements ou aux objets. Une convention des Nations-Unies de 1980 interdit son utilisation contre des populations civiles.

Kim Phuc Phan Thi à Paris en 2019
Kim Phuc Phan Thi à Paris en 2019 GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Kim Phuc Phan Thi a plus tard raconté son histoire dans un livre (publié en français par les éditions Ourania, sous le titre "Sauvée de l’enfer"). Elle a dû pendant plusieurs années subir 14 opérations et greffes afin de guérir des brûlures causées par le napalm. À la douleur physique s’est ajoutée la souffrance psychologique : elle ressentait de l’amertume et de la colère. "J’étais sans espoir, tout était négatif. J’ai pensé à mourir", raconte-t-elle.

Ce n’est qu’à l’âge de 19 ans qu’elle a pu trouver une forme d’apaisement après la lecture du Nouveau Testament. Elle a vécu à Cuba, puis au Canada. Elle est "ambassadrice de bonne volonté" de l’Unesco depuis 1997 et elle dirige une organisation caritative qui soutient des projets médicaux et scolaires : la Fondation Kim Internationale.

Vietnam Napalm: Phan Thi Kim Phuc

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Nick Ut en 2016
Nick Ut en 2016 Fred DUFOUR / AFP

Le photographe Nick Ut (21 ans à l’époque) travaillait pour l’agence américaine Associated Press lorsqu’il capture cette image horrifiante. Grâce à son cliché, il obtient le prix Pulitzer en 1973 et sa photo fait le tour du monde. 

Il a raconté sa journée au Washington Post. Il se souvient que quatre bombes au napalm ont été larguées. Il décrit les dégâts, la chair brûlée, les hurlements de douleurs. Par réflexe, dit-il, il photographie la petite fille qui vient d’enlever ses vêtements en flammes en courant. Il a ensuite posé son appareil afin de lui venir en aide. Il lui tend sa gourde d’eau avant de l’emmener dans son véhicule vers l’hôpital afin de la faire soigner.

Loading...

Nick Ut a pris sa retraite de l’Associated Press en 2017, après 51 ans de métier. La photo qu’il a prise le 8 juin 1972 a changé sa vie, a-t-il admis en 2001. Ce n’est qu’en la développant qu’il s’est rendu compte qu’elle pouvait être importante. Les éditeurs lui ont demandé pourquoi la fillette était nue, parce que cela aurait pu poser des problèmes en cas de publication aux Etats-Unis. Le photographe est resté en contact avec Kim Phuc Phan Thi.

Sur le même sujet

Vietnam : les sandales de caoutchouc font de la résistance

Mode

Découvrez la magnifique photo du Mont Saint-Michel sous la voie lactée

Culture web

Articles recommandés pour vous