Regions

"La grande librairue" : 5500 titres à disposition sur une façade

Ce devait être un projet éphémère monté dans le cadre d’un parcours d’artistes en 2016 : installer une bibliothèque géante sur la façade d’une maison pour réveiller l’espace public de manière créative – en l’occurrence un quartier de Limal – interpeller les habitants et mettre la culture à portée de tous. Six ans plus tard, Alain de Pierpont n’en revient toujours pas du succès de sa petite idée.

La façade de la maison fait 8 mètres de long sur 5 de haut. Elle est entièrement recouverte de bouquins en tous genres, abrités par un petit toit. Au départ, c’est le stock d’une bibliothèque qui fermait ses portes à Montignies-sur- Sambre qui a permis de lancer le projet avec une certaine ampleur. Mais la mayonnaise a pris assez vite et désormais, ce sont les passants qui continuent de donner vie à cette "grande librairue", nom donné en clin d’œil à l’émission littéraire de François Busnel.

"On y trouve de tout : de la philosophie, de l’histoire, comme il peut y avoir un Maigret à côté d’un livre sur le bien -être ou le tourisme. Les livres ne sont pas rangés, le philosophe côtoie l’historien qui se trouve à côté du romancier etc… c’est comme dans la vie, ils sont les uns à côté des autres. Les gens peuvent venir se servir, emprunter des livres, en prendre même ou en apporter, c’est gratuit." précise le graphiste plasticien à l’origine du projet.

La culture en partage

Depuis l’enfance, Alain de Pierpont a toujours vécu entouré de livres. Une transmission maternelle. Il sait la satisfaction que peut procurer le contact du papier. Cette bibliothèque géante, c’est un peu sa manière de partager l’un des grands compagnonnages de sa vie. Avec à la clé, dans le meilleur des cas, un étonnement, une surprise, le mouvement de la vie en somme. Comme celle qu’il a insufflée dans son quartier tranquille depuis bientôt six ans. "Au départ on était un peu envahis, l’engouement des débuts s’est un peu calmé mais force est de constater qu’à l’heure du tout numérique, le papier n’est pas mort !" Et cela va sans dire, il n’est pas le seul à s’en réjouir.

Articles recommandés pour vous