Energie

La guerre en Ukraine va-t-elle relancer la consommation du charbon ?

Une centrale électrique au lignite à Neurath, en Allemagne
21 juin 2022 à 17:00Temps de lecture2 min
Par Alain Lechien

Le gouvernement allemand a annoncé samedi qu’il allait davantage utiliser ses centrales au charbon pour produire de l’électricité. Le but est de sécuriser son approvisionnement en énergie, menacé par la crise du gaz apparue depuis la guerre en Ukraine. Et ce dans la perspective de l’hiver prochain. D’autres pays suivent une voie qu’ils jugent réaliste, quitte à rendre plus lointains les objectifs climatiques.

L’annonce allemande a surpris, alors que ce pays comptait sur les centrales au gaz pour compenser la fermeture (décidée en 2011) de toutes ses centrales nucléaires au plus tard à la fin de 2022. Certes, lorsque le gouvernement allemand a annoncé qu’il voulait abandonner le charbon d’ici à 2030, il avait indiqué que les centrales au charbon restantes ne devaient servir qu’en dernier recours. Pour son énergie, l’Allemagne est dépendante du gaz russe. Et Gazprom a dernièrement réduit les flux de gaz qui sont acheminés par les gazoducs de Nord Stream 1 : ils ne sont plus qu’à 40% de leur niveau habituel. Toutefois, dans le même temps, l’Allemagne assure qu’elle maintient son objectif de sortir définitivement du charbon en 2030.

Le CITEPA (Centre technique de référence en matière de pollution atmosphérique et de changement climatique) avait recensé en 2019 une douzaine de pays européens qui ont décidé d’une sortie progressive des centrales à charbon d’ici 2030 (Royaume-Uni, Irlande, France, Italie, Portugal, Danemark, Suède, Finlande, Grèce, Autriche, Slovaquie, Hongrie). Mais ces derniers jours, face à la crise du gaz russe, outre l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, la Bulgarie, l’Italie et le Royaume-Uni envisagent de recourir davantage au charbon dans les prochains mois. A ces pays, il faut ajouter la Pologne et la Tchéquie. Ces pays seraient actuellement au nombre de 22. Déjà en 2021, la production et la consommation de charbon étaient en hausse.

Selon Europe Beyond Coal, au 18 juin 2019, il y avait 288 centrales au charbon dans 27 pays européens

Les centrales au charbon en Europe (source : Europe Beyond Coal)
Les centrales au charbon en Europe (source : Europe Beyond Coal) AFP via ednHUB

Plusieurs pays européens importent du charbon de Russie. Ce charbon (comme le pétrole, le gaz et le combustible nucléaire) est dans le viseur des autorités européennes, puisque les 27 ont décidé en avril de fermer les ports européens aux navires russes, dans le cadre du cinquième train de sanctions. Cet embargo entrera en vigueur début août 2022.

La Commission européenne elle-même se montre attentive aux nouveaux enjeux énergétiques qu’induit la guerre en Ukraine. Elle cherche à diversifier l’approvisionnement en gaz, à accélérer le déploiement des gaz renouvelables et à remplacer le gaz utilisé pour le chauffage et la production d’électricité. Pour l’instant, les décisions de relancer les centrales au charbon sont annoncées pour une période limitée, jusqu’en 2024 pour le cas de l’Allemagne.

Sur le même sujet (JT 23/06/2022)

Sur le même sujet

L’Europe mise sur le charbon et jette aux oubliettes les accords de Paris pour sauver son économie et son industrie

Energie

En France, le gouvernement prévoit de relancer une centrale à charbon l'hiver prochain

Energie

Articles recommandés pour vous