Regions Hainaut

La gynécologie du sport, une spécialisation encore peu connue

© Pixabay

29 sept. 2022 à 05:30Temps de lecture2 min
Par Julien Malpas

Les plus sportifs le savent, pratiquer un sport de manière intensive, cela peut entraîner des perturbations sur notre corps. Que ce soit chez les hommes, ou chez les femmes. Pour éviter de gros problèmes, il est donc important d’être suivi médicalement.

Dans les clubs sportifs, et plus particulièrement chez les jeunes, ce suivi médical passe notamment par une attestation décernée après un contrôle de routine. Objectif : s’assurer que l’enfant n’a pas de problème cardiaque, ou de problème médical qui pourrait représenter un danger en cas de sollicitation physique trop intense.

Certains clubs, décident même de se déplacer en groupe, pour vérifier l’état de santé de leurs membres, et bien débuter leur saison. C’est le cas d’un club de natation hennuyer : le STC (Swimming Team Chapelle-les-Herlaimont). Ils se sont rendu ce mardi au Centre de Médecine sportive du CHU Ambroise Paré.

Le Club de natation STC (Swimming Team Chapelle-les-Herlaimont) s’est rendu cette semaine au Centre de Médecine Sportive du CHU Ambroise Paré.
Le Club de natation STC (Swimming Team Chapelle-les-Herlaimont) s’est rendu cette semaine au Centre de Médecine Sportive du CHU Ambroise Paré. © J.M.

Au programme de cette visite médicale : tests d’efforts sur un tapis roulant, exercices de souffles, et check-up de routine. Un examen d’une quarantaine de minutes pour s’assurer que les jeunes sont en bonne santé. Mais en plus de ce contrôle classique, les filles et jeunes femmes qui le souhaitent ont également pu discuter avec une gynécologue du sport. Une discussion qui a permis de briser les tabous, et d’amener le sujet sur la table. Tant pour les sportives, que pour le club. Car la pratique intensive du sport peut créer des problèmes chez les femmes.

Marie, une jeune nageuse de haut-niveau de 19 ans, en a fais les frais : "Ca m’a porté des préjudices au niveau de mes règles. J’avais beaucoup de retards. Je ne savais pas qu’il y avait un lien avec la pratique intensive du sport. Je pensais juste que j’étais la seule à avoir ce problème".

En réalité, selon Suzette Da Costa, gynécologue du sport, le sport intense peut provoquer différents types de problèmes : "Ca peut être, d’un point de vue intime, des irritations vulvaires. Mais cela peut parfois être des problèmes un peu plus graves liés à des problèmes d’anorexie ou de carence alimentaires. Cela peut mener à des aménorrhées, des absences de règles. Et si ce n’est pas traité rapidement, au fil des mois et des années, cela va impacter la densité osseuse de la sportive. Et donc cela pourrait déboucher sur des problèmes d’ostéoporose plus important et plus précoces".

Sont particulièrement à risque : les sports où l’apparence corporelle ou l’esthétique est importante, comme la gymnastique ou la natation synchronisée, mais aussi les sports à catégorie de poids, comme le judo et les autres sports de combats.

Lors de ce check-up médical, les nageurs ont pu effectuer des tests physiques et cardiaques.
Lors de ce check-up médical, les nageurs ont pu effectuer des tests physiques et cardiaques. © J.M.

Faire du sport en étant enceinte

Mais le métier de gynécologue du sport, c’est aussi briser des stéréotypes. Le plus célèbre d’entre eux : faire du sport pendant la grosse serait dangereux. Pour Suzette Da Costa, ce n’est pas le cas : "Lorsque c’est bien encadré, et bien réfléchi, il y a tout à fait moyen de pratiquer une activité sportive pendant la grossesse. Il est prouvé scientifiquement que cela n’augmente pas les risques de fausse couches, d’accouchement prématuré, ou d’accouchement difficile".

En réalité, la pratique sportive en étant enceinte serait même bénéfique : "Ca diminue le risque d’hypertension et de diabète gestationnel. Le sport va aussi améliorer le moral de la futur maman, son sommeil, ca soulage ses maux de dos et ses lourdeurs de jambes".

Cette gynécologue du sport recommande donc aux plus sportives de poursuivre leur activité physique durant leur grossesse. Et conseille également aux moins sportives de s’initier à un sport.

Pensez tout de même à en discuter à votre médecin, et à mettre en place un plan d’entrainement adapté à votre grossesse.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous