La lutte contre le coronavirus est aussi une guerre du marketing d'influence

L’homme d’affaires Marc Coucke, actuel patron du Club de foot d’Anderlecht, figure parmi les influenceurs choisis par le gouvernement fédéral pour faire passer son message en matière de santé.

© Belga

03 avr. 2020 à 05:55Temps de lecture2 min
Par Amid Faljaoui

En France, lorsque la crise pétrolière battait son plein dans les années 70, il y avait un slogan qui a connu beaucoup de succès : "En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées". Et aujourd’hui, en Belgique, le gouvernement qui lutte contre le coronavirus pourrait dire : "On n'a pas de vaccin, ni de tests, mais on a des influenceurs". J’en parle, parce qu’aux dires même d’un épidémiologiste comme le professeur Marc Van Ranst, de la KUL, la communication du gouvernement n’atteint pas suffisamment certaines franges de la population, notamment les plus jeunes. Et c’est dommage, dans cette période de confinement où il est important de bien respecter les consignes.

En Allemagne, le gouvernement a résolu le problème ou croit l’avoir résolu, en investissant 160 000 euros dans la communication sur des sites comme Facebook et Instagram. D’autres pays, comme la France, l’Italie ou les Pays-Bas, comptent beaucoup sur les ONG, qui sont très actives sur les réseaux sociaux. En tout cas, c’est ce qui ressort d’une petite étude réalisée par l’agence de communication Gosselin & de Walcque, fondée par deux anciens collaborateurs d’Elio Di Rupo. D’autres pays que je connais bien, comme l’Égypte ou le Liban, font appel à des stars de la chanson pour véhiculer des messages par vidéos, sur Instagram, par exemple. Et chez nous, le danger, en ne faisant rien, c’était de laisser le champ libre aux théories du complot et aux partis extrémistes.

Une centaine d'influenceurs contactés

Mais heureusement, on apprend que le gouvernement a déjà pris contact avec une centaine d’influenceurs pour porter le message du gouvernement en matière de santé. Et parmi ces vedettes et artistes, figure aussi l’homme d’affaires Marc Coucke, l’actuel patron du Club de foot d’Anderlecht. Le gouvernement a sélectionné quelques critères pour choisir ces 100 influenceurs belges : il fallait qu’ils soient crédibles, qu’ils aient une communauté de suiveurs importante et qu’ils acceptent de porter les messages du ministère de la santé.

Et en parallèle, notre gouvernement a aussi noué des partenariats avec les GAFA pour que le site officiel www.info-coronavirus.be apparaisse en tête des réponses, lorsque les internautes font des recherches sur le web. Il faut dire que les GAFA ne se sont pas fait prier : la crise du COVID-19 leur offre une opportunité en or pour se racheter une conduite, après les différents scandales des dernières années. Et donc oui, la guerre contre le coronavirus est aussi une guerre du marketing et il est heureux de voir que le gouvernement maîtrise lui aussi les ressorts du marketing d’influence !

Sur le même sujet

Jusqu’où peut aller la solidarité européenne en temps de crise ?

La BCE préserve les banques européennes de la faillite

Articles recommandés pour vous