Viva +

La Machine à Remonter le Son avec la Sonuma : Jacques Villeret, un vrai physique d'acteur

© gettyimages

28 oct. 2021 à 13:13Temps de lecture2 min
Par Viva+

Le 19 mai 1980, l’acteur français Jacques Villeret est l’invité de Selim Sasson dans l’émission " Cinéscope ". Jacques Villeret, passionné de théâtre écrit et joue des " Seul en scène ". Il est aussi présent à la télévision et tourne pour le cinéma. En 1978, il joue dans " Robert et Robert " de Claude Lelouch et reçoit l’année suivante le César du meilleur second rôle masculin. Là, il se prépare à incarner un gentil extra-terrestre dans " La soupe aux choux ". Il est vrai qu’à travers les rôles que les réalisateurs lui confient, l’acteur se forge une image d’homme sympathique et attachant. Ce qui amène Selim Sasson à réaliser un parallèle entre sa bonhomie, son physique un peu rondouillard et les rôles qu’on lui fait jouer.

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Jacques Villeret est né Mohamed Boufroura le 6 février 1951 à Tours. Le destin du petit Jacques est déjà tout tracé. En effet, le jeune homme se découvre très vite le don pour la comédie. En classe , il fait rire tous ses camarades. C’est clair, il sera acteur. Après son baccalauréat, il rejoint le Conservatoire de Tours avant d’entrer au Conservatoire national. En 1970, il joue avec la Compagnie de l’actrice et metteure en scène, Marcelle Tassencourt. Il est remarqué par Yves Boisset qui lui offre son premier rôle au cinéma dans " RAS ", rôle taillé sur mesure pour le jeune acteur issu de l’immigration qui incarne un appelé de la guerre d’Algérie. Claude Lelouch est également séduit par le talent du débutant. Il le fait jouer d’abord dans " Toute une vie " et remet le couvert en 1976 en lui confiant le rôle d’un malfrat dans " Le bon et les méchants " aux côtés de Jacques Dutronc. En 1978, Lelouch récidive. Dans " Robert et Robert ", Jacques Villeret devient un quadragénaire célibataire timide et hésitant, un rôle pour lequel il obtient l’année suivante le César du meilleur second rôle masculin. Mais la notoriété de Villeret grandit en 1981 quand Lelouch le met dans la peau d'un extra-terrestre dans "La soupe aux choux", un film qui réunit Louis de Funès et Jean Carmet. Il tourne également sous la houlette de Patrice Leconte en 1983 dans "Circulez y'a rien à voir". Jean-Marie Poiré le fait jouer dans "Papy fait de la résistance" et Gérard Krawczyck dans "L'été en pente douce" en 1987. 

De la comédie au drame

Son physique de gentil rondouillard l'amène à incarner des rôles de Français moyen, notamment en 1998 où il est François Pignon, simple d'esprit dans "Le dîner de cons" de Francis Veber, face à Thierry Lhermitte. Jacques Villeret sera récompensé du César du meilleur acteur pour sa prestation. Mais il s'illustre aussi dans des rôles plus dramatiques à trois reprises grâce à Jean Becker qui le fait tourner dans "Les enfants du marais" en 1999, dans "Un crime au paradis" deux ans plus tard et enfin en 2002 dans "Effroyables jardins". On y voit un Villeret beaucoup plus sombre. Toutefois, l'acteur rencontre toujours autant de succès avec des rôles plus légers dans "Malabar Princess", "Iznogoud" et "Les parrains" sa dernière prestation. Jacques Villeret succombe à une hémorragie interne le 28 janvier 2005. Son ex-épouse, Irina Tarassov raconte sa vie à ses côtés dans un ouvrage intitulé : "Un jour tout ira bien". 

Inscrivez-vous à la newsletter Vivacité!

Chaque vendredi matin, retrouvez toutes les infos de la chaîne radio proche de vous, avec les invités, les concours, les événements et l’actualité de vos animateurs.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous