Viva +

La Machine à Remonter le Son avec la Sonuma : Léon Zitrone, le journaliste polyglotte aux multiples casquettes

© gettyimages

26 oct. 2021 à 12:52Temps de lecture2 min
Par viva+

Le 26 mars 1977, le journaliste aux nombreuses compétences, Léon Zitrone est l’invité de Janine Lambotte pour l’émission "Téléscope". Celle qui a été la première présentatrice de JT en Europe, c’était pour la RTB à l’époque, parle d'épousailles avec l’homme de presse d’origine russe. Mais pas de leurs noces, non de celles de Baudoin et de Fabiola le 15 décembre 1960. C’était alors la première fois que Léon Zitrone commentait un mariage princier.

Envie de plus d’archives : auvio.be/sonuma

Léon Zitrone est né à Pétrograd (Saint-Pétersbourg) le 25 novembre 1914. Sa famille fuit le communisme et s’installe en France. Très vite, le petit Léon doué pour les langues et passionné très tôt par les lettres apprend le Français avec beaucoup de facilité. En brillant élève, il entame des études scientifiques et de droit. Il est mobilisé durant la deuxième guerre mondiale dans  le 14ème régiment d’infanterie. Il sera décoré de la médaille militaire pour acte de bravoure mais sera fait prisonnier à Braine-l’Alleud. Il s’évade en août 1940. Une vie déjà trépidante. Comme il maîtrise plusieurs langues dont le Russe, l’Allemand et l’Anglais en plus du Français, il est engagé en 1948 à la radiodiffusion française pour animer des émissions destinées à l’étranger. Il décroche par la suite son diplôme de l’Ecole supérieure de journalisme de Paris. Et c'est là que tout prend forme. Après la radio, la télévision lui ouvre ses portes.

Zitrone, l'homme de la télévision

En 1959, Léon Zitrone rejoint la RTF et fait ses premiers pas à la télévision. En 1960, il est amené à commenter son premier mariage princier. Il est en Belgique le 15 décembre  pour suivre le mariage du Roi Baudoin avec Fabiola. A partir de là, il devient le commentateur attitré des décès, des noces comme le mariage du prince Charles et de Lady Di, les couronnements, les investitures des grands de ce monde et autres défilés du 14 juillet. En 1961, il présente le journal de 20h, fonction qu'il assumera pendant près de 20 ans. Il relaie également les grands rendez-vous sportifs comme le Tour de France ou les Jeux Olympiques. 

Si il est le chouchou des téléspectateurs du JT, sa popularité croît avec l'animation d'émissions aux côtés de Guy Lux notamment pour "Intervilles", une collaboration qui durera 25 ans. En 1975, après la dislocation de l'ORTF, il rejoint France 2 où on lui confie les journaux télévisés du week-end jusqu'en 1981. Il ajoute une nouvelle corde à son arc en 1978 en présentant le concours Eurovison de la chanson avec Denise Fabre. Sa grande culture, sa maîtrise des lettres et son humour l'amènent à gonfler l'effectif des "Grosses têtes" de Philippe Bouvard. Le 1er janvier 1988, François Mitterrand le fait chevalier de la Légion d'honneur. En 2000, Léon Zitrone arrive en tête des personnalités de la télévision les plus appréciées des Français dans un sondage réalisé par le magazine de culture "Télérama". L'homme qui a marqué le paysage audiovisuel français aimait qu'on parle de lui en bien ou en mal. Sur France Inter, il s'est exprimé de la sorte :  "La popularité, c'est d'éternuer à l'écran et de recevoir le lendemain des centaines de cartes postales avec écrit : A vos souhaits !". Léon Zitrone s'est éteint le 25 novembre 1995, le jour de ses 81 ans. 

Sur le même sujet

Michel Serrault, du rire aux larmes, des larmes au rire

Viva +

Francis Lemarque, l'artiste à la marque qui siffle

Viva +

Articles recommandés pour vous