Viva +

La Machine à Remonter le Son : Wie einst Lili Marleen

Morocco

© © Tous droits réservés

05 nov. 2021 à 13:42Temps de lecture2 min
Par Viva+

La Machine s’arrête en 1963. Cette année-là, en janvier, la chanteuse et actrice berlinoise naturalisée américaine Marlene Dietrich donne une série de concerts à l’Ancienne Belgique. Le 27 janvier, Jean-Claude Mennessier la rencontre juste après sa prestation. Il l’interroge en Français sur son tour de chant, son répertoire et en particulier sur la chanson " Où vont les fleurs ". La star répond aux questions dans un Français parfait.

Envie de plus d’archives : www.auvio.be/sonuma

Marlene Dietrich
Marlene Dietrich
Marlene Dietrich

Marlene Dietrich est née Marie Magdalena Dietrich le 27 décembre 1901 à Berlin. Son père, un officier prussien meurt alors qu’elle n’est encore qu’une jeune enfant. Sa mère l’élève seule. A l’adolescence, elle décide de contracter ses deux prénoms et devient Marleen. Elle est très vite attirée par l’art et prend des cours de chant et de musique. Elle se forme au piano et au violon mais un problème au poignet l’oblige à ranger son archet. Elle ne désespère pas pour autant d’embrasser une carrière artistique. Elle s’inscrit à l’école d’art dramatique du metteur en scène autrichien, Max Rheinardt. A 20 ans, elle est sur scène, sur les planches et dans les revues. La jeune star, en plus d’être une excellente danseuse est dotée d’une beauté extrême et d’une plastique irréprochable. Le septième art lui fait des appels du pied. En 1923, alors qu’elle vient d’épouser le réalisateur Rudolf Sieber, tout en étant à l’affiche des théâtres et du music-hall, elle fait ses premiers pas au cinéma, d'abord dans des films muets. Elle est ensuite repérée par le réalisateur austro-américain, Josef Von Sternberg qui devient son Pygmalion et lui offre le rôle de Lola Lola en 1930 dans " L’ange bleu ", premier chef d'oeuvre du cinéma parlant. Elle tournera sept films sous sa houlette et se fera remarquer par les producteurs américains. A l'éclatement de la guerre, elle prend position contre le nazisme et décide de renoncer à sa nationalité allemande. Elle est désormais américaine. Elle s'investit dans l'effort de guerre en se produisant dans toute l'Europe pour soigner le moral des troupes. Elle croise sur sa route d'autres acteurs dont Jean Gabin, alors héros militaire avec qui elle entretiendra une liaison pendant six ans. Le rôle qu'elle va jouer dans cette drôle de guerre amènera le général Patton à dire qu'elle vaut une division. En France, elle est d'ailleurs faite en 1949, Chevalier de la Légion d'honneur. Après la guerre, elle continue à tourner avec les plus grands réalisateurs, de Fritz Lang à Billy Wilder en passant par Alfred Hitchcock. Mais le succès n'étant plus au rendez-vous, dans les années 50 et 60, elle s'adonne davantage à son autre métier, la chanson. Elle se produit à Las Vegas et dans le monde entier. En 1975, elle se retire de la scène et s'installe dans un appartement à Paris où elle s'éteint à l'âge de 90 ans. Elle décède le 6 mai 1992, à la veille de l'ouverture du festival de cannes qui lui était dédié. Comme autrefois, Lili Marleen. 

Sur le même sujet

Barbara, la grande dame brune, nous quittait il y a 25 ans

Viva +

La Machine à Remonter le Son avec la Sonuma : Marlène Jobert, l'actrice aux éphélides

Viva +

Articles recommandés pour vous