Regions

La Meuse bientôt vide à Namur : le chômage du fleuve se prépare pour 3 semaines

22 sept. 2022 à 15:41Temps de lecture2 min
Par Anne Pollard

La Meuse va se vider. Du 24 septembre au 16 octobre inclus aura lieu ce qu’on appelle le chômage de la Meuse, entre la frontière française et le barrage de La Plante à Namur.
 

Le chômage de la Meuse se met en place tous les 5 ans au début de l’automne. "C’est la période de l’année où le débit de la Meuse est réputé plus faible", précise Sarah Pierre, du Service Public de Wallonie. L’objectif de l’opération est d’effectuer l’entretien des berges, des barrages et des écluses. Voici comment cela se déroule concrètement.

Une vidange progressive et en décalage

La première étape va être de vider complètement le fleuve. Tout commence au barrage de la Plante à Namur. A 19h30 ce samedi 24 septembre, les éclusiers relèveront les portes du barrage de 10 centimètres. L’opération est reproduite ensuite une heure plus tard, toujours à la Plante. Dans le même temps, le processus s’enchaîne à la seconde écluse, où l’on relève aussi 10 centimètres. Et ainsi de suite, jusqu’à relever complètement les portes des neuf écluses présentes sur le tronçon de la Haute-Meuse (Hastière, Waulsort, Anseremme, Dinant, Houx, Hun, Rivière, Tailfer et La Plante).

Après environ 36 heures, la Meuse retrouve donc son cours naturel. "L’objectif sera alors de mener les travaux d’entretien des berges, des barrages et des écluses prévus pour ces trois semaines de chômage", détaille Sarah Pierre du SPW.

L’occasion de fouler le lit de la Meuse ? Pas vraiment

A la fin du processus de vidange, la Meuse peut perdre jusqu’à trois, voire quatre, mètres de hauteurs. Dans certaines zones du fleuve où le curage est moins important, le lit de la rivière sera d’ailleurs apparent. Mais pas question d’en profiter pour se promener. Il est interdit de se rendre dans le lit du cours d’eau pendant la période du chômage, comme le rappelle Sarah Pierre. "Ces zones ne sont pas des lieux de promenade. Il y a de réels dangers. Tout le monde doit respecter scrupuleusement cette interdiction."

Des visites encadrées par des associations seront cependant organisées les samedis 1er et 8 octobre. L’occasion de nettoyer le lit de la Meuse mais aussi d’en apprendre plus sur la biodiversité.

Tout est prêt

Pas de surprise, l’opération se prépare déjà depuis plusieurs mois. La batellerie est prévenue, les ports de plaisance aussi.

Pour les propriétaires qui n’auraient pas enlevé leur bateau, l’ingénieur de l’opération a la responsabilité légale de couler l’embarcation. Il ne peut en fait pas le déplacer lui-même.

Et sous la surface aussi, on déménage. Les poissons seront pour la majorité entraînés dans les eaux au-delà de Namur. Pour ceux qui se retrouveraient bloqués par la baisse du niveau de l’eau, "des agents du Département Nature et Forêts seront présents sur place dès les premières opérations du chômage et s’occuperont de sauver des poissons", rassure Sarah Pierre du SPW.

Il faudra ensuite deux fois plus de temps pour remplir à nouveau la Meuse que pour l’assécher.

Articles recommandés pour vous