RTBFPasser au contenu

Faky

La moitié des abonnés Twitter de Joe Biden sont-ils vraiment des faux comptes ?

La moitié des abonnés Twitter de Joe Biden sont-ils vraiment des faux comptes ?
23 mai 2022 à 07:215 min
Par Laura Dubois

A l’heure où Elon Musk suspend le rachat de Twitter sous prétexte de ne pas avoir la garantie que moins de 5% des comptes sur la plateforme sont des faux, un outil d’audit aurait détecté que la moitié des abonnés au compte officiel du président américain Joe Biden sont des faux profils. Or, tout dépend de ce que l’on entend par "faux compte".

C’est une polémique qui entoure le président américain Joe Biden depuis le 17 mai dernier, ou plutôt son compte Twitter. Selon plusieurs médias américains (Newsweek, New York Post) et francophones (BusinessBourse, Crumpe), la moitié des 22,2 millions d’utilisateurs suivant le compte officiel (@POTUS pour "President of the United States") du président démocrate seraient des "faux abonnés".

L’information a circulé à grande échelle sur Twitter et Telegram, et a notamment suscité la réaction d’Elon Musk.

Les différents médias expliquent que ce résultat a été obtenu grâce à un outil d’audit fourni par la société SparkToro. L’outil en question est un "calculateur de faux abonnés" et permet d’établir quel pourcentage de faux profils est abonné à un compte Twitter.

Loading...

Que faut-il entendre par “faux compte” ?

La plateforme à l’oiseau bleu parle de "spam" pour suggérer l’idée de "manipulation derrière des faux comptes". Cette manipulation peut être d’origine humaine ou le fruit d’une machine ou d’un robot. Par exemple, une fausse identité derrière laquelle se cache un humain est considérée comme "faux compte" au même titre qu’un robot derrière n’importe quel compte Twitter.

SparkToro, le calculateur qui a permis d’établir que la moitié des abonnés au compte de Joe Biden sont des faux, affirme pouvoir détecter les faux abonnés par l’analyse de plusieurs facteurs. Ces derniers sont au nombre de douze et vont du calcul de l’activité d’un utilisateur à l’analyse de sa photo de profil, en passant par le nombre de ses abonnés.

Concrètement, un utilisateur qui n’aurait pas tweeté durant les 120 derniers jours, qui aurait un très faible nombre d’abonnés et qui utiliserait une photo de profil par défaut est potentiellement considéré comme "faux" par le logiciel. L’outil tient également compte d’autres constats : le profil est-il récent ? L’emplacement d’origine de l’utilisateur existe-t-il réellement ? Ou encore, l’URL de profil correspond-elle bien au nom de l’utilisateur ?

L’analyse de tous ces éléments a permis à SparkToro d’établir que 49,3% des abonnés au compte de Joe Biden sont "faux", à l’heure où nous écrivons ces lignes.

SparkToro vs les autres calculateurs d’abonnés

D’autres outils existent afin de mettre en évidence un pourcentage de faux abonnés qui suivent un compte Twitter.

C’est le cas de FollowerAudit, un outil similaire à SparkToro et qui permet de repérer les faux profils. Le calculateur d’abonnés fonctionne sur base de facteurs semblables : l’activité du follower, sa photo de profil, les détails de sa localisation, de sa bio, son ratio d’abonnés, etc. Etrangement, le résultat obtenu pour le compte de Joe Biden est très différent de celui de SparkToro : seuls 4,66% des abonnés au compte du président américain seraient des faux profils.

Un autre logiciel, Twitter Audit, rejoint l’analyse de FollowerAudit et affirme que le pourcentage de faux followers abonnés à Joe Biden s’élève à 5%. Ici, le site ne dévoile pas sur base de quels facteurs il arrive à cette conclusion.

Les applications Twitter tierces ne sont pas conçues pour être utilisées sur des comptes rassemblant des millions d’abonnés.

La fiabilité de ces logiciels serait peu élevée et leurs statistiques douteuses selon Kevin Mc Elwee, ingénieur en machine learning et datajournaliste : "Les applications Twitter tierces ne sont pas conçues pour être utilisées sur des comptes rassemblant des millions d’abonnés", explique-t-il dans cet article publié en 2019.

Il affirme que les calculateurs d’abonnés utilisent en réalité un "échantillon aléatoire" pour les comptes comme celui de Joe Biden. "SparkToro demande à Twitter les 100.000 derniers abonnés et en échantillonne 2000 pour exécuter son analyse. Twitter Audit en demande 75.000 et en échantillonne 5000 [avant sa mise à jour en 2017]", clarifie l’ingénieur.

Outre cette méthode d’échantillonnage qualifiée de "douteuse" par le spécialiste, la manière de séparer les faux et les vrais profils prête également à discussion. SparkToro analyse l’activité d’un utilisateur et considère comme "suspect" un abonné qui n’aurait pas tweeté durant les 120 derniers jours. Or, les derniers chiffres qui concernent le réseau social indiquent que parmi les 1,3 milliard de comptes Twitter, seulement 330 millions sont des utilisateurs actifs.

Selon une autre source, 44% des utilisateurs n’auraient jamais tweeté. Ces affirmations sont à mettre en regard avec les critères d’analyse utilisés par les calculateurs d’abonnés.

Contrer les faux profils

Dans un tweet publié le 16 mai dernier, le directeur exécutif de Twitter, Parag Agrawal, estimait que "moins de 5% des utilisateurs actifs quotidiens monétisables au cours du premier trimestre sont des faux comptes." Leur estimation est basée sur base de plusieurs examens de milliers de comptes échantillonnés au hasard, "de manière cohérente dans le temps".

Selon les derniers chiffres de 2022, la plateforme estimait également que 48 millions des comptes présents sont en fait des robots (soit 3,69% de la totalité des utilisateurs inscrits).

Face à ce phénomène, "nous suspendons plus d’un demi-million de comptes de spam chaque jour avant même que vous ne les voyiez sur Twitter. Nous verrouillons également chaque semaine des millions de comptes que nous soupçonnons d’être des spams, s’ils ne peuvent pas passer les épreuves de vérification humaine (captchas, vérification du téléphone, etc.)", expliquait Parag Agrawal dans cet autre tweet.

Les faux comptes font les bons amis

Les propos de Parag Agrawal interviennent quelques jours après la suspension du rachat de Twitter par Elon Musk en raison du manque de clarté sur les faux comptes.

Le milliardaire avait en effet indiqué qu’il ne rachèterait pas le réseau social sans avoir la garantie que les "spams" représentent moins de 5% des utilisateurs actifs quotidiens monétisables. Il avait même évoqué un chiffre bien plus élevé : "20% de faux comptes et de spams, c’est quatre fois plus que ce que Twitter affirme, mais le vrai chiffre pourrait être *bien* supérieur".

La nouvelle selon laquelle la moitié des abonnés au compte Twitter de Joe Biden sont des faux, alimente le discours du patron de Tesla. Profitant de cette occasion pour argumenter ses propos, Elon Musk n’a pas hésité à réagir à travers un tweet : "Donc…. [regarde sa calculatrice]… ça serait 10 fois plus que 5%".

Il n’y a aucune preuve tangible

A ce stade, aucune preuve tangible et aucune méthode de calculs entièrement transparente ne permettent d’indiquer avec certitude que la moitié des abonnés au compte officiel de Joe Biden sont des faux comptes.

D’une part, l’outil utilisé, SparkToro, se base sur l’analyse de critères qui ne permettent pas de mettre en évidence de manière certaine qu’un abonné est "faux".

D’autre part, ce même calculateur d’abonnés, au même titre que d’autres calculateurs qui donnent, eux, des résultats sensiblement différents, sont basés sur une méthode d’échantillonnage qui rend leur calcul "douteux", selon l’ingénieur Kevin Mc Elwee.

Enfin, Twitter affirme que "moins de 5% des utilisateurs actifs sont des faux comptes". Signalons cependant que cette estimation est obtenue grâce à des méthodes de mesures internes difficilement vérifiables. "Les marges d’erreur sur nos estimations nous donnent confiance dans nos déclarations publiques", avait malgré tout indiqué le patron de la plateforme.

 

Sur le même sujet

18 juin 2022 à 16:05
1 min
18 mai 2022 à 16:55
3 min

Articles recommandés pour vous