Monde

La mort mystérieuse de Daria Douguine à Moscou

Russie : La fille de Douguine tuée dans l explosion d une voiture

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 août 2022 à 13:56Temps de lecture3 min
Par Françoise Berlaimont, avec agences

Daria Douguina a été tuée ce samedi soir dans l’explosion de sa voiture dans la région de Moscou. Cette journaliste et politologue, âgée de 30 ans, était la fille d’Alexandre Douguine, un idéologue russe ultra-nationaliste apprécié du Kremlin. C’est probablement lui qui était visé.

La mort mystérieuse de Daria Douguine à Moscou
La mort mystérieuse de Daria Douguine à Moscou © Tous droits réservés

La voiture de son père

Daria Douguina était au volant d’une Toyota Land Cruiser au moment où celle-ci a explosé avant de prendre feu, sur une autoroute près du village de Bolchiïe Viaziomy, à une quarantaine de kilomètres de Moscou. La jeune femme, née en 1992, "a été tuée sur les lieux", selon le communiqué du Comité d’Enquête russe. Selon les enquêteurs, un engin explosif a été placé dans le véhicule.

Une enquête pour "homicide" a été ouverte, ajoute le Comité, chargé des principales investigations criminelles dans le pays. Selon des proches de la famille, cités par les agences de presse russes, c’est l’intellectuel et écrivain ultra-nationaliste Alexandre Douguine qui était visé par l’explosion, Daria ayant emprunté la voiture de son père pour ce déplacement.

La même ligne politique que son père

Le dirigeant de la République populaire de Donetsk, autoproclamée par les séparatistes prorusses dans l’Est de l’Ukraine, Denis Pouchiline a accusé dimanche les forces ukrainiennes d’être derrière l’assassinat de Daria Douguina. "Les terroristes du régime ukrainien ont tenté de liquider Alexandre Douguine, mais ont fait exploser sa fille", a affirmé Denis Pouchiline sur Telegram.

Dans une interview accordée à un site français d’extrême droite en mai dernier, Daria Douguine affirmait que "la situation en Ukraine est vraiment un exemple de choc des civilisations, elle peut être considérée comme un affrontement entre la civilisation mondialiste et eurasienne". Elle signifiait ainsi l’affrontement entre d’une part l’occident, européen et américain, et d’autre part la Russie et les pays asiatiques, à commencer par la Chine.

Un idéologue rouge-brun

Daria Douguina se disait fière d’être visée par les sanctions européennes suite à la guerre en Ukraine. Alexandre Douguine, lui, est visé déjà depuis 2014 par les sanctions de l’Union européenne prises dans la foulée de l’annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie. Ces dernières années, l’Ukraine a d’ailleurs interdit plusieurs de ses ouvrages, notamment "Ukraine. Ma guerre. Journal géopolitique" et "Revanche eurasiatique de la Russie".

Né en 1962, Alexandre Douguine est le promoteur de la doctrine "eurasiste", une sorte d’alliance entre l’Europe et l’Asie sous direction russe. Il est, selon l’Observatoire du Conspirationnisme, l’archétype de l’idéologue "rouge-brun", orthodoxe traditionaliste et proche des de l’extrême droite française et il passe pour un conseiller officieux du Kremlin.

L’itinéraire du père

Alexandre Douguine émerge dans la foulée de la chute du mur de Berlin. Dans les années 90, il fonde le Parti national-bolchevique russe, dont l’emblème officiel substitue la faucille et le marteau à la croix gammée hitlérienne. Ce fils d’un officier du KGB forge à cette époque le vocable de "conspiratologie", visant à mettre au jour les complots cachés. Il devient le conseiller du président de la Douma en 1998 puis fonde en 2001 le parti "Eurasia", avant de se rapprocher de Vladimir Poutine.

Pour Michel Eltchaninoff, spécialiste français de philosophie et d’histoire russe, cité par l’Observatoire du Conspirationisme, "on est frappé, lorsque l’on lit les textes de Douguine, de voir à quel point la politique du Kremlin semble s’être alignée sur les fantasmes géopolitiques du néo-eurasisme." En 2013, Douguine propose dans une interview à une chaîne de télévision russe d'"envahir l’Europe, de la "conquérir" et de l' "annexer".

Le Raspoutine de Poutine ?

Alexandre Douguine, âgé aujourd’hui de 60 ans, barbe foisonnante et grisonnante, est souvent présenté comme le Raspoutine de Vladimir Poutine, en référence à Grigori Raspoutine, l’âme damnée de la famille Romanov, les derniers tsars de Russie.

Mais Tanguy Struye, professeur de relations internationales à l’UCLouvain, est beaucoup plus nuancé : "Il a eu et a une influence sur les militaires, les parlementaires, parmi les conseillers du Kremlin, mais il n’y a pas un lien direct avec Poutine, ce n’est pas Kissinger et Nixon par exemple", explique-t-il. L’influence du théoricien nationaliste auprès du président russe se serait aussi réduite ces derniers mois, selon certains experts.

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : la Russie identifie un nouveau suspect dans l’affaire du meurtre de Daria Douguina

Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine : la Russie n’aura "aucune pitié" pour les meurtriers de la fille de l’idéologue Douguine, selon Lavrov

Guerre en Ukraine

Articles recommandés pour vous