La mortalité des jeunes enfants dans le monde au plus bas, mais les progrès sont compromis par le Covid-19

La mortalité des jeunes enfants dans le monde au plus bas, mais les progrès sont compromis par le Covid-19

© shylendrahoode - Getty Images

09 sept. 2020 à 07:24Temps de lecture2 min
Par Belga

La mortalité des jeunes enfants a atteint son plus bas niveau historique en 2019, mais ces progrès risquent d’être compromis par la pandémie de Covid-19, qui les prive d’accès aux soins dans les pays pauvres, mettent en garde les Nations unies mercredi. "Le nombre de morts d’enfants de moins de cinq ans a atteint son plus bas niveau en 2019, avec 5,2 millions contre 12,5 millions en 1990", ont indiqué dans un communiqué commun plusieurs agences de l’ONU, dont l’Unicef (enfance) et l’OMS (santé).

"Ces 30 dernières années, les actions de santé destinées à prévenir ou soigner des causes de mortalité infantile – comme la prématurité, le faible poids à la naissance, les complications durant l’accouchement, la pneumonie, les diarrhées ou le paludisme – ainsi que la vaccination ont joué un grand rôle pour sauver des millions de vies", poursuivent-elles.

La pandémie menace les programmes de santé publique

Mais la pandémie de Covid-19 risque de mettre ces progrès à mal, préviennent-elles : "Partout dans le monde, des interventions de santé pour les enfants ou les mères sont interrompues, en raison d’un manque de ressources ou de la peur de contracter le Covid-19".

Selon une étude menée par l’Unicef dans 77 pays, 68% d’entre eux ont fait face à ce type d’interruptions de programmes de vaccination ou de visites médicales pour les enfants. "La communauté mondiale a fait trop de progrès dans l’élimination des causes évitables de mort chez les enfants pour laisser la pandémie de Covid-19 y mettre un coup d’arrêt", a commenté la directrice de l’Unicef, Henrietta Fore, citée dans le communiqué.

Des millions d’enfants de moins de 5 ans seraient menacés

"Sans des investissements urgents pour redémarrer les soins et services de santé interrompus, des millions d’enfants de moins de 5 ans, et en particulier des nouveau-nés, pourraient mourir", a-t-elle poursuivi.

"Le fait qu’il y ait aujourd’hui plus d’enfants qui atteignent leur premier anniversaire qu’à n’importe quel autre moment de l’histoire est la preuve de ce qui est possible quand le monde place la santé et le bien-être au centre de ses actions", a de son côté estimé le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Mais "nous ne devons pas laisser la pandémie de Covid-19 compromettre ces progrès remarquables pour nos enfants et les générations futures", a-t-il plaidé.

 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous