RTBFPasser au contenu
Rechercher

Nos chansons ont une...

La musique "cinématographique" d'Eddy Mitchell : l'exemple de "Couleur menthe à l'eau"

Eddy Mitchell - Couleur menthe à l'eau

Nos chansons ont une histoire

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 mars 2021 à 14:56Temps de lecture2 min
Par François Saint-Amand

André Torrent a livré ses anecdotes sur Eddy Mitchell et sa célèbre chanson Couleur menthe à l'eau dans Nos chansons ont une histoire. André Torrent vous résume l'empreinte musicale typique du rockeur français à l'entrée des années 80.

Claude Moine, alias Eddy Mitchell est incontestablement l'un des derniers dinosaures du rock français des années 1960. Il prend toutefois un virage plus soft rock au cours de sa carrière dans les années 1980 avec Couleur menthe à l'eau.

De rockeur à crooner

Ce changement de genre musical se réalise en 1980 sur son 21ème album, Happy Birthday, paru sur le label Barclay, sur lequel son compositeur historique, Pierre Papadiamandis, signe la plupart des arrangements. "C'est sur les musiques de Pierre Papadiamandis qu'Eddy laisse courir son imagination et trouve les thèmes de ses chansons" observe André Torrent.


►►► À lire aussi : "Je t’aime à l’italienne" de Frédéric François enregistrée dans… une chambre à coucher


Et si l'association avec le compositeur marche toujours, les thèmes qui l'inspirent s'éloignent parfois du rock'n'roll, rythm and blues ou rockabilly, au carrefour des années 80. Il essaie en effet d'oublier la décennie précédente, durant laquelle on lui a demandé de rééditer ses premiers albums réalisés avec son groupe de rock Les chaussettes noires, renseigne l'ancien animateur radio vedette, raison pour laquelle "il est devenu plus crooner que rockeur, entre Nashville et Belleville".

-
- Martin Bureau / AFP

L'écriture cinématographique de ses chansons

Pour André Torrent, cela ne signifiait pas qu'il reniait ses jeunes années musicales mais l'auteur et interprète français souhaitait évoluer dans sa carrière, notamment s'immiscer davantage dans le cinéma. Dans cette optique, l'ancien animateur radio analyse que "toutes ses chansons sont un peu écrites comme un storyboard au cinéma, qui se transforme en une sorte de mini scénario avec un début, un milieu, une fin, une écriture très cinématographique".

Eddy Mitchell décrit en effet le coup de foudre qu'il a pour une prostituée. Celle-ci rêve d'un avenir meilleur en déambulant dans un bar avant de finalement s'en aller pour un autre homme. Cette 'fille aux yeux couleur menthe à l'eau', pourrait être la même femme que celle qu'il décrit dans La fille du motel, chanson parue en 1976 sur l'album Sur la route de Memphis indique André. Il s'agirait, comme au cinéma dans la suite d'un long-métrage, la suite de l'histoire de cette dame "paumée et prête à basculer".

Écoutez "Nos chansons ont une histoire"

Pour plus d’anecdotes sur les tubes du 20ème siècle, écoutez Nos chansons ont une histoire, avec Olivier Gilain et André Torrent, tous les dimanches de 10h30 à 13h sur VivaCité.

Sur le même sujet

"Sugar Baby Love" des Rubettes : une chanson accidentelle, enregistrée avec la voix d’un autre

Nos chansons ont une...

Doowy, un artiste bruxellois qui préfère l’eau du bain

Bruxelles Matin

Articles recommandés pour vous