RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

La narcolepsie : quand une maladie provoque une fatigue incontrôlable

la narcolepsie
14 avr. 2021 à 14:00Temps de lecture2 min
Par Sophie Businaro

La narcolepsie est un trouble du sommeil chronique, rare mais grave, une maladie qui se caractérise par une somnolence excessive. On en parle dans l'émission "La Grande Forme" avec le Dr Mairesse, professeur en neurosciences comportementales et somnologue.

La narcolepsie est caractérisée par plusieurs symptômes et un des plus importants, c'est la somnolence diurne excessive. Globalement, il s'agit d'une instabilité du sommeil et de l'éveil. C’est une maladie de sommeil qui rentre dans la classe des troubles centraux d’hypersomnolence.

Il faut imaginer un commutateur (appareil permettant de modifier un circuit électrique) et une partie de notre cerveau joue le rôle de favoriser un état ou l’autre; comme si on avait le pouce sur l’interrupteur qui décidait de quand nous sommes allumés et quand nous sommes éteints. Cela est dû à la perte d'une population neuronale dite orexinergique qui permet notamment de stabiliser l’état d'éveil. Résultat : chez les gens atteints de narcolepsie, on passe sans cesse d'un état d'éveil à l'état de sommeil et ce, sans pouvoir le contrôler.

Cette maladie rare se développe chez des sujets jeunes, avec une prévalence chez les garçons.

Plusieurs symptômes spécifiques  

  • Hypersomnolence diurne : une envie irrépressible de dormir
  • Hallucinations hypnagogiques ou hypnopompiques : généralement, ce sont des hallucinations visuelles, ça peut être des images, des couleurs, un voile au-dessus de soi. Mais ça peut être également plus anxiogène comme le fait d’avoir l’impression que quelqu'un vous observe, de ressentir la présence de quelqu'un dans la pièce, que quelqu'un se met sur vous/tire votre couette. Ce qui rend la maladie taboue car les personnes touchées ont souvent la sensation d'être droguées et ont peur d'en parler
  • Attaque de cataplexie : après une émotion forte pendant la journée, les muscles se relâchent et la personne va s’écrouler, perdre son tonus musculaire et entrer en phase de sommeil de rêve alors qu’elle est éveillée. On peut déclencher ça en la faisant rire ou sursauter voire pendant un orgasme ! 
  • Paralysie nocturne : on se réveille la nuit et bien qu'on soit éveillé, on est incapable de bouger, à part les yeux. Cela peut être très anxiogène, ça leur arrive fréquemment, il faut alors essayer de contrôler la respiration et bouger les yeux pour réduire cette paralysie.

Traiter la narcolepsie

Dès qu'une somnolence diurne ne se résout pas malgré le fait de dormir plus, il faut en parler à son médecin traitant souligne le Dr Mairesse : "Même si ça fait peur, si ça peut paraître tabou à cause des hallucinations et qu'on a peur d'être pris pour un schizophrène, il faut en parler à votre médecin! On pourra détecter votre trouble du sommeil pour vous rediriger vers un laboratoire de sommeil et faire des tests spécifiques."

La prise en charge

Une fois le diagnostic établi, le traitement principal de la narcolepsie est principalement de gérer le sommeil avec notamment, des siestes durant la journée explique notre expert : "On essaye d'appuyer les états d'éveil en donnant des traitements stimulants (les stimulants en journée jouent le rôle du pouce sur le commutateur), en planifiant des siestes à un certain moment de la journée. Le traitement le plus utilisé est le recours à la rilatine (ndlr. prescrit aux personnes atteintes d'un trouble déficitaire de l'attention, avec ou sans hyperactivité) ou encore d'autres médicaments spécifiques prescrits par un neurologue ou un neuropsychiatre." conclut le Dr Mairesse.

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l'émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio.

Loading...

Articles recommandés pour vous