US Open

La Next Gen prend le pouvoir pour un vainqueur inédit : le plateau des demi-finales

La place de numéro 1 est en jeu dans cet US Open.

© RTBF avec AFP

09 sept. 2022 à 05:00Temps de lecture4 min
Par Raphaël Deby

Les demi-finales de l’US Open auront lieu ce soir et cette nuit avant la grande finale de dimanche. Le vainqueur sera inédit, le futur numéro 1 le sera peut-être. Une surprise n’est pas à exclure.

Khachanov contre Ruud et Alcaraz contre Tiafoe. Pour la troisième fois d’affilée, ce n’est pas un membre du fameux Big Three qui s’imposera à Flushing Meadows. Pour la troisième fois d’affilée, c’est même un vainqueur inédit en Grand Chelem qui remportera le tournoi. Parmi les demi-finalistes, un seul a connu les joies d’une finale majeure, les trois autres sont novices à ce niveau. Tour d’horizon des derniers prétendants.

Carlos Alcaraz (ATP 4) : la star du futur à conjuguer au présent

La fusée Alcaraz est en approche, l’atterrissage est peut-être prévu pour ce week-end. Véritable tube de l’année après avoir terminé la saison dernière à la 32e place mondiale, le jeune Espagnol, révélé l’année dernière à l’US Open grâce à sa victoire contre Stefanos Tsitsipas en cinq sets, a véritablement explosé cette année, réalisant des performances rares pour son âge. Victorieux à Miami et Madrid, le protégé de Juan Carlo Ferrero était cité parmi les favoris à Roland-Garros avant de tomber face à un magistral Alexander Zverev. Plus discret depuis, le joueur de 19 ans n’en est peut-être que plus dangereux.

Son tournoi : en deux temps. Après un démarrage express lors des trois premiers tours au cours desquels il n’a pas perdu une manche, Alcaraz a souffert depuis, s’imposant en cinq manches face à Marin Cilic et Jannik Sinner.

La statistique : 19 ans. S’il remporte le tournoi où s’il s’incline en finale contre Khachanov, Carlos Alcaraz deviendra le plus jeune numéro 1 mondial de l’histoire à 19 ans, quatre mois et sept jours.

Chances de victoire : 50%

Je dirais que le match contre Sinner est le meilleur match de ma carrière. Tout le monde connaît le niveau de Tiafoe. Il a battu Rafa, puis Rublev en trois sets. Il a beaucoup de confiance, ce court est spécial pour lui, ce sera difficile mais je vais profiter du moment et de cette première demie.

Loading...

Frances Tiafoe (ATP 26) : le dernier espoir de tout un pays

Quart de finaliste en Australie il y a plus de trois ans, Tiafoe a mis du temps avant de revenir au top. Sa présence dans le dernier carré à New-York est d’ailleurs sa meilleure performance dans un Majeur. Plutôt autour de la 50e place mondiale depuis quelques années, l’Américain semble désormais prêt à répondre aux espoirs placés en lui à ses débuts, en témoigne également son huitième de finale à Wimbledon. Premier joueur local à rejoindre les demi-finales du tournoi depuis Andy Roddick en 2006, Tiafoe semble insubmersible. Et si le deuxième titre de sa carrière était le plus grand de tous ?

Son tournoi : un véritable rêve. Tombeur surprise de Rafael Nadal en huitièmes de finale, Tiafoe a confirmé en battant Andrey Rublev en trois sets, comme il l’avait fait lors des trois premiers tours.

La statistique : 14h33. C’est le temps passé sur le court, soit le plus court des demi-finalistes même si la différence entre eux n’est pas très importante.

Chances de victoire : 15%

Je ne saurais pas dire d’où ça vient, mais j’adore jouer dans des stades pleins Pour moi, c’est la raison pour laquelle on s’entraîne si dur. Pour montrer au monde ce dont on est capable. Il ne faut pas avoir peur de ça. Fonce. Moi, j’adore jouer devant du monde. J’aime montrer au monde ce dont je suis capable.

Loading...

Casper Ruud (ATP 7) : l’antistar devenu un roc

C’est la saison de la confirmation pour le Norvégien. Méconnu du grand public il n’y a pas si longtemps et parfois critiqué pour avoir atteint les hauteurs du classement ATP grâce à des victoires dans des tournois moins importants sur terre battue, Ruud fait taire la plupart de ses détracteurs désormais. Assuré d’être sur le podium mondial lundi avec Nadal et Alcaraz, il peut même devenir le premier Norvégien au sommet de la hiérarchie s’il remporte le tournoi ou s’incline en finale face à Tiafoe. Finaliste à Miami et à Roland-Garros, le joueur de 23 ans rêve désormais tout grand d’un scénario dont il n’avait pas connaissance avant le début du tournoi.

Son tournoi : calme, à son image. Sans le moindre top 10 sur sa route, Ruud a eu de la chance de voir ses plus grands adversaires tomber plus tôt mais sa victoire en trois sets face à Matteo Berrettini est un rappel suffisant pour démontrer qu’il n’a pas peur des grands obstacles.

La statistique : neuf titres. Vainqueur de neuf tournois dans sa carrière, Ruud n’a remporté que des ATP 250. Une victoire dans cet US Open serait, et de très loin, la plus grande victoire de sa carrière.

Chances de victoire : 25%

Honnêtement, je suis surpris d’avoir atteint les demi-finales ici. Si vous regardez ce tournoi, quelques joueurs connus comme des joueurs de terre battue, comme Nadal et Thiem, l’ont emporté ici, et Rafa l’a gagné quatre fois. Cela montre que c’est possible de le faire ici. Je ne savais pas que je pouvais devenir numéro 1, j’adorerais quitter New-York en tant que numéro 1 mondial.

Loading...

Karen Khachanov (ATP 31) : enfin au top après sa crise de croissance ?

Un peu à l’image de Tiafoe, Khachanov fait partie des joueurs de la Next Gen qui ont explosé tôt mais qui ont eu du mal à confirmer. Vainqueur du Masters 1000 de Paris à 22 ans en battant Novak Djokovic en finale, le Russe n’a pas réussi à s’imposer sur la longueur. Son classement en fin de saison n’a d’ailleurs fait que chuter depuis 2018. Médaillé d’argent aux JO l’an dernier, Khachanov n’a pas su capitaliser dessus non plus. S’il y a du mieux cette saison, en témoigne sa 17e place à la Race avant le tournoi, le Moscovite a démontré par le passé des qualités remarquables qui pourraient le mener plus haut, beaucoup plus haut.

Son tournoi : en progression. S’il n’a remporté aucun de ses matches en trois sets, Khachanov s’est tout de même offert le scalpe de Pablo Carreno Busta et de Nick Kyrgios. Des victoires au forceps et au mental qui obligent à ne pas le négliger dans la dernière ligne droite.

La statistique : première demi-finale. S’il a atteint les quarts de finale de Wimbledon l’an dernier ; Khachanov n’avait jamais atteint le dernier carré d’un tournoi du Grand Chelem.

Chances de victoire : 10%

Rafa était dans la partie basse du tableau. Pour le retrouver ici, je devais gagner tous mes matchs, et lui aussi. C’était encore un long chemin à parcourir pour le rencontrer en finale. Mais depuis qu’il est sorti, je dirais que c’était assez ouvert pour tous les gars parce que tout le monde a vu qu’il y avait une opportunité de remporter le trophée. Je dirais que cela a peut-être même augmenté le niveau de chacun.

Loading...

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous