La nouvelle stratégie de "label Covidsafe", évoquée par les experts, est déjà en test

Label covid-safe: trois experts proposent une autre stratégie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Temps de lecture
Par Jean-Christophe Willems

Ce matin, trois experts publiaient une carte blanche dans laquelle ils proposaient une alternative au déconfinement secteurs par secteurs. Comme il faut "vivre malgré le virus", ces experts envisagent plutôt de déconfiner au cas par cas. 

Or, cette manière de faire est actuellement déjà en test à l'étranger, mais aussi chez nous.

 

1 500 personnes en festival au Pays-Bas, 5 000 au stade !

Au début du mois de mars, nos voisins néerlandais testaient une soirée "corona proof" à Amsterdam. 1 300 participants répartis en cinq bulles et équipés de capteurs ont pu passer une soirée dansante presque normale. L'expérience s'est répétée (ou devrait l'être) dans le cadre d'un festival, de conférences, et d'une pièce de théâtre. Un match de foot également et pas n'importe lequel. Pas moins de 5 000 spectateurs ont ainsi pu assister au match Pays-Bas-Lettonie le 27 mars dernier.

Mais attention, il ne s'agissait que d'une mesure exceptionnelle dans le cadre d'une expérimentation soutenue par le gouvernement et analysée par des experts en santé publique ainsi que par l'université d'Eindhoven. Les spectateurs ont ainsi du se faire tester le jour même et enregistrer le résultat négatif dans une application.

Ensuite, ils ont été répartis dans trois différentes bulles en fonction des tribunes. Port du masque dans l'une d'elle, distanciation physique dans une autre et liberté de manger et boire dans la troisième.

16 contaminations ont eu lieu lors des festivals, 3 lors du match. Première conclusion tirée: la ventilation semble plus importante encore que la répartition du public.

 

A Bruxelles aussi on expérimente

Des lieux "Covid safe", que l'on traduirait par "sécurisés contre le Covid", cela existe aussi en Belgique. Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, pense que "certains lieux s'y prêtent mieux que d'autres" et qu'"il existe déjà beaucoup d'entreprises spécialisées dans ce type de désinfection des bâtiments. Nous avons reçu une quarantaine d'offres." Des offres pour équiper huit lieux en technologie de pointe dans le cadre d'un projet pilote.

Le Roy d'Espagne, célèbre établissement de la Grand Place, fait partie de ce test grandeur nature. Jean-Philippe Bosman, son gérant, l'a équipé d'un système de désinfection de l'air capable d'épurer 1 200 m³ d'air par heure. Des experts passeront d'ailleurs cette semaine pour vérifier l'efficacité. 

Si ces différentes expériences se révèlent probantes, on pourrait donc envisager la réouverture des lieux qui en sont équipés, qui présenteraient une sorte de label de sécurité anti-virus. Les Néerlandais misent sur l'été. Pas encore de perspectives chez nous...

Label covid-safe: trois experts proposent une autre stratégie pour sortir du yo-yo des fermetures

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous