Environnement

La Nuit des étoiles ou l’histoire d’une étincelante métamorphose

Une magnifique étoile filante observée depuis les Alpes françaises.

Depuis l’aube de l’humanité, les étoiles filantes sont l’objet de diverses passions, de superstitions, et d’émerveillement. Certaines périodes de l’année sont plus particulièrement propices à ce feu d’artifice céleste. Ce week-end est le moment idéal de planter le nez dans les étoiles et d’admirer ce phénomène qui n’a rien d’un astre.

D’un grain de poussière à une étoile filante

Contrairement à ce que son nom tend à faire penser, une étoile filante n’a rien d’une étoile. Cette grande traînée lumineuse, qui colorie le ciel le temps de quelques fractions de seconde, est un grain de poussière venu de l’espace. Ce corps céleste provient des comètes qui sont composées de glace, de roches, de poussières, etc. Lorsque ces comètes se promènent autour du soleil, elles laissent sur leur trajectoire d’admirables traces de poussières.

C’est une poussière de l’espace qui se consume lorsqu’elle pénètre dans l’atmosphère terrestre

Francesco Lo Bue, physicien et président du cercle d’astronomie de l’université de Mons, nous révèle le mystère de la naissance d’une étoile filante : "Il se fait que la Terre croise le chemin emprunté par ces comètes. C’est donc un endroit qui est très poussiéreux. Ces poussières entrent ensuite dans notre atmosphère. Et à chaque fois que vous avez un grain de poussière qui plonge à grande vitesse, ce petit grain donne naissance à cette espèce de feu d’artifice qu’on voit passer dans le ciel. De la Terre, on les voit comme des étoiles. Mais en réalité, c’est une poussière de l’espace qui se consume lorsqu’elle pénètre dans l’atmosphère terrestre."

Les Perséides, une pluie d’étoiles de la constellation de Persée

C’est donc lors de son voyage autour du soleil que notre planète traverse des zones extrêmement poussiéreuses. Un grain de poussière entre dans l’atmosphère avec une vitesse qui se situe entre 100.000 et 250.000 km/h. Leur combustion explique le scintillant spectacle que les "étoiles filantes" nous offrent pour le plaisir des yeux. En général, c’est entre la fin du mois de juillet et la moitié du mois d’août que cette pluie d’étoiles est la plus intense.

Francesco Lo Bue nous explique pourquoi cette drache d’étoiles est surnommée les Perséides : "Si on prolonge par la pensée la traînée d’une étoile filante et qu’on essaie de voir d’où elle vient, et qu’on fait de même les autres étoiles, toutes ces traînées semblent venir d’un même point. Il se situe dans une constellation qu’on appelle Persée. C’est comme si cette constellation nous balançait toutes sortes d’étoiles filantes. C’est pourquoi en cette période de l’année, on les appelle les Perséides. La même logique s’applique aux pluies d’étoiles du mois de décembre. Elles viennent d’une autre constellation qu’on appelle les Gémeaux. C’est pourquoi on les appelle les Géminides."

La lune fait la guerre aux étoiles

Cette année, la nuit du 11 au 12 août sera la plus riche en étoiles filantes. Malheureusement, une pleine lune agira comme un colossal luminaire tellement éblouissant qu’il fera de l’ombre aux petites étoiles filantes plus faibles en luminosité. C’est pourquoi les astronomes recommandent de les observer ce week-end. Ces corps célestes seront certes moins nombreux, mais les conditions seront optimales pour mieux les observer.

D’ailleurs, voici quelques conseils du président du cercle d’astronomie de l’UMons pour en voir le plus possible : "Tout d’abord, il faut éviter tous les endroits à proximité d’éclairages parasites qui effacent le ciel étoilé. L’idéal, c’est de se mettre par exemple sur un transat ou de s’allonger à même le sol dans l’obscurité pour regarder le ciel. Dans cette position, vous avez un large champ de vision. Concrètement, cela vous permet d’observer d’un coup une grande partie de la voûte céleste. Vous aurez donc bien plus de chance de voir passer un maximum d’étoiles filantes, que si vous êtes chez vous ou entre deux immeubles. Si un jardin peut faire l’affaire, il est certain que des endroits comme le désert marocain ou en altitude dans les Alpes sont de magnifiques points d’observation tant l’atmosphère est pure."

Comme la nature est un cadeau, il est important de s’armer de patience pour profiter au mieux de son spectacle lumineux. Histoire de faire des vœux grâce à des grains de poussière qui illumineront les cieux nocturnes de mille feux.

Sur le même sujet

La tranche de chorizo n'était pas une étoile : pourquoi un scientifique français a-t-il créé ce canular ?

Sciences et Techno

Pour la première fois, un trou noir "dormant" est découvert hors de notre galaxie, en orbite autour d’une étoile bleue

Espace

Articles recommandés pour vous