Justice

La police judiciaire fédérale manque de moyens : "On ne demande pas la lune", lance Frédéric Van Leeuw

L'invité de Matin Première: Frédéric Van Leeuw

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 mai 2022 à 07:10Temps de lecture2 min
Par Estelle De Houck sur base de l'Invité de Matin Première de Thomas Gadisseux

Ce mercredi, la police judiciaire fédérale tirait la sonnette d’alarme face aux commissions de l’Intérieur et de la Justice de la Chambre. Entre manque de moyens humains et financiers, "la police judiciaire est dans un état catastrophique", a alerté Frédéric Van Leeuw, procureur fédéral. Alors, quelle doit être la réponse des autorités politiques ? Surtout, quelles sont les conséquences pour le citoyen de ce manque de moyens de la police judiciaire ?

"C’est un peu comme si nous agissions dans le brouillard", raconte Frédéric Van Leeuw au micro de Thomas Gadisseux. "Une fois que quelque chose sort du brouillard… on saute dessus. C’est donc une mauvaise utilisation des capacités et on ne saute pas nécessairement sur la bonne chose."

Cette situation, c’est du jamais vu dans la carrière du procureur fédéral. "On connaissait les vulnérabilités du système, on avait déjà vu avec les années de terrorisme qu’on a connu", se souvient celui qui avait dû expliquer ses choix devant le parlement. "Mais ici, c’est à un autre niveau."

Choisir, et donc renoncer

Par manque de moyens, la police judiciaire fédérale doit faire des choix, et donc laisser tomber des enquêtes. Frédéric Van Leeuw prend l’exemple de Bruxelles : "sur 300 dossiers financiers, on en a laissé tomber une cinquantaine."

C’est clair que par rapport à un phénomène impliquant la mafia et la drogue, on ne va pas donner la priorité au trafic d’œuvres d’art.

Alors, comment priorise-t-on ? "C’est clair que par rapport à un phénomène impliquant la mafia et la drogue, on ne va pas donner la priorité au trafic d’œuvres d’art. J’espère que tout le monde peut comprendre cela", explique le procureur fédéral.

"Ce qui peut également arriver, c’est qu’on aboutisse à une condamnation dans des dossiers, que cela donne lieu à une série de confiscation, mais qu’on n’ait pas la capacité d’aller chercher ces millions confisqués." Résultat : les criminels continuent de posséder des millions… "et donc le crime rapporte et continue de rapporter."

Le manque de moyens

Pour mener à bien ses missions, la police judiciaire fédérale devrait retrouver 1000 équivalents temps plein supplémentaires. Rien que pour le dossier SKY ECC – un système crypté utilisé par les trafiquants de drogue -, 1000 équivalents temps plein ont été mobilisés.

Alors, quels sont les moyens financiers demandés ? "On ne demande pas la lune. Il y a un plan DGJ 3.0 et on demande que ce budget soit clair", lance le procureur fédéral. "Deuxièmement, par année, Eric Snoek [le directeur] demande une injection annuelle sur cinq ans entre 35 et 55 millions d’euros."

Selon Frédéric Van Leeuw, les sommes demandées sont minimes par rapport à ce que rapportent la police judiciaire et ses parquets. "Rien qu’au niveau des transactions, on a dépassé les 500.000 millions. Au niveau de SKY ECC, on est à 74 millions d’euros rien que pour les saisies. Quelque part, avec la police de la sécurité routière, la police judiciaire fédérale est la seule police qui rapporte. Mais ça va dans le pot commun de l’état, et ça ne rapporte pas à la police."

Des enjeux de "démocratie"

Face à la surdité politique, le procureur général insiste sur le caractère démocratique des missions de la police judiciaire fédérale.

Si la Belgique n’a plus les moyens de travailler sur des dossiers comme Sky ECC, d’autres états le feront. "On n’aura pas la possibilité de garantir que cela a été fait selon nos principes démocratiques, en respectant nos libertés et avec des magistrats qui sont vraiment attentifs à cela. C’est un enjeu fondamental et qui, quelque part, n’a pas de prix."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous