RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions

La Région bruxelloise en ordre de bataille pour créer 3.500 places d'hébergement collectif pour les réfugiés ukrainiens

La Région bruxelloise est désormais en ordre de bataille pour créer 3.500 places d'hébergement collectif pour les réfugiés ukrainiens. Les solutions d'hébergement seront progressivement mises en place à la fin du mois, ont annoncé jeudi le gouvernement bruxellois et le coordinateur régional pour les réfugiés ukrainiens, Pierre Verbeeren.

Dix immeubles de bureaux seront ainsi transformés en hébergements collectifs non meublés. Chaque hébergé participera aux frais à hauteur de 150 euros par mois par adulte (50 euros par mineur d'âge). Quelque 1.500 places seront ainsi mises à disposition. 

Dix infrastructures de type hôtelier en reconversion (hôtels, internats, hôpitaux, maisons de repos, etc.)  pourront héberger 1.500 personnes supplémentaires, moyennant une intervention de 225 euros par mois et par personne (75 euros par mineur). 

Par ailleurs, six sites font l'objet d'une étude d'installation de modules démontables de qualité. Quelque 500 personnes pourront être accueillies sur ces sites. 

En complément de ces trois solutions, la Brussels Hotel Association (BHA) et ses membres garantiront aux communes et CPAS de la capitale des chambres à un prix plancher pour héberger temporairement (15 jours)  des familles dans le besoin, le temps de trouver une solution plus durable.

Les différents modèles permettront de créer 500 places en juin, 1.500 fin juillet, 3.000 en septembre et 3.600 fin octobre.    

Selon le ministre-président Rudi Vervoort et Pierre Verbeeren, Bruxelles héberge actuellement quelque 7.000 réfugiés ukrainiens, soit 15% de l'accueil en Belgique. Au rythme régulier de 1.000 personnes en plus par mois, la Région-capitale devrait accueillir 12.000 réfugiés d'ici la fin de l'année. 

Une bonne part de ceux qui sont actuellement présents sont hébergés par des citoyens ou ont trouvé une solution de logement via la marché immobilier classique, notamment grâce à l'aide de la communauté ukrainienne.

Sur le même sujet

Réfugiés ukrainiens : en Flandre, les familles d’accueil réclament des solutions durables

Matin Première

Articles recommandés pour vous