Icône représentant un article video.

Info

La revue de presse : l’asile à la peine

La revue de presse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

14 oct. 2022 à 07:06Temps de lecture1 min
Par Nicolas Vandenschrick

Pour la presse, la Belgique atteint une fois de plus un plus bas en matière d’accueil et d’asile.

En Belgique, même des familles avec enfant ne reçoivent plus de place d’accueil. De Standaard le constate en une, et cite notamment le cas d’une famille venue de Mauritanie. La mère est enceinte. Très enceinte, dit le quotidien. Ce mercredi, ils ont dormi en rue, près de la Gare du Nord. Les familles ne sont pas les seuls à se retrouver à la rue. Des mineurs d’âge, demandeurs d’asile également, n’ont pu être pris en charge par Fedasil, l’agence, pourtant précisément, chargée de cette mission, explique le quotidien, qui le signale, cela fait des mois que Fedasil met en garde contre le scénario occupé à se dérouler.

Va-t-on vraiment que l’un d’entre eux meurt sur nos trottoirs pour faire semblant de découvrir cette problématique ? demande De Standaard. D’abord, ce sont des hommes célibataires qui se sont retrouvés en rue. Le Soir le constate aussi dans son édito. Pour eux, ça fait bien un an que ça dure. Un an que l’Etat belge est totalement dépassé pour les Afghans, les Syriens, les Palestiniens, les Burundais aussi, contraints tous de dormir où ils le peuvent mais pas dans le lit que l’agence devrait pourtant leur fournir.

Après, reprend De Standaard, ce fut le tour des mineurs d’âge, non accompagné de dormir dehors. Certains ont osé la question : "est-on sûr qu’ils n’ont pas plus de 18 ans ?" De Standaard poursuit : hier, ce fut donc le tour de famille, Famille avec enfant en bas âge, famille avec femme enceinte.

 

De Tijd constate, lui, en une, que ce sont désormais des ONG qui prennent le relais des autorités belges pour trouver des places, des chambres, dans des hôtels.

Bien entendu, ces demandeurs d’asile dont l’accueil n’est pas assuré sont en droit de se lancer dans une procédure visant à faire condamner l’Etat pour non-respect de ses obligations. Las, écrit Le Soir, juges et avocats – par dizaine, le dénoncent : cela fait des mois que l’Etat de droit, ici, n’est plus respecté !

La secrétaire d’Etat en charge de l’Asile et la Migration, Nicole De Moor (CD&V) déclare faire son possible. Elle a demandé à ses collègues de gouvernement du personnel pour gérer les centres. Elle demande également un meilleur contrôle des frontières extérieures de l’Union Européenne. Mais c’est une pression migratoire qui se fait ressentir à travers toute l’Europe. L’Allemagne, lit-on dans le Figaro, affronte une arrivée massive de réfugiés ukrainiens. Déjà aussi nombreux que l’étaient les Syriens, en 2015, chassés déjà à l’époque par les bombes russes.

 

On ne peut pas accueillir toute la misère du monde ! Sans doute pas. Mais ce n’est pas ce que demande la presse. Il y a – précise De Standaard, dans les centres d’accueil, dans les lieux d’asile quantité de personnes qui ne pourront pas rester en Belgique. Beaucoup attendent de savoir s’ils pourront ou non être autorisés à rester en Belgique.
Tous ceux-là qui restent suspendus à cette décision, ont néanmoins des droits. A commencer par celui d’être rapidement fixé sur leur sort.
Le droit aussi d’attendre cette décision – en tant qu’être humain dans un abri digne.

Durant l’été, reprend Le Soir, des ONG ont proposé à la secrétaire d’Etat une cinquantaine de pistes pour désengorger les centres. Elle les a balayées publiquement d’un revers de main, parfois, parce que certaines propositions étaient jugées trop attractive (par exemple, le recours à un hébergement dans un hôtel.)

Comble de l’ironie, c’est cette solution qui a été mise en place hier. Une ONG néerlandophone ayant été chargée de trouver pour Fedasil et au frais de l’Etat, des chambres d’hôtel pour les familles non logé.
 

Recevez une fois par jour l'essentiel de l'info

Chaque matin vers 10h (du lundi au vendredi), recevez un condensé des principaux titres de la rédaction web de la RTBF. Et en cas d’événement majeur, soyez les premiers informés par nos newsletters flash.

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous