La Revue de presse : les phénomènes climatiques extrêmes liés au réchauffement en augmentation

La Revue de presse

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

05 juil. 2022 à 07:34Temps de lecture2 min
Par Estelle Falzone

Tous les journaux en parlent ce matin : les catastrophes naturelles n’épargnent plus personne. 

Peut-on prédire toutes les catastrophes naturelles ?

C’est le constat en Une du Soir et de La Libre : les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère atteignent des records, et les conséquences touchent à présent tout le monde. Dans les prochaines années, cela risque de s’aggraver, prévient un climatologue dans Le Soir, tout comme les experts du GIEC l’avaient prédit. Ces phénomènes climatiques extrêmes semblent d’ailleurs prévisibles, à l’instar des vagues de chaleur ou de sécheresse. Les orages et les tempêtes, par contre, sont plus difficiles à prévoir, souligne Le Soir.

Prenons l’exemple de l’Australie, exposé dans La Libre. Le pays est particulièrement éprouvé par les catastrophes, entre inondations et incendies. L’Australie se trouve pile entre deux courants, El Nino et La Nina. Cela permet de prédire l’arrivée de ces événements naturels, mais pas leur ampleur. Tout ce que l’on sait, c’est qu’ils ont tendance à être plus fréquents, plus extrêmes et plus longs, explique un climatologue dans La Libre. Et ça, c’est la conséquence du dérèglement climatique.

La Belgique a aussi fait les frais du réchauffement climatique

399 millions d’euros. C’est le chiffre en Une de Sudinfo. Le gouvernement wallon et les assureurs ont rendez-vous cette semaine : le seuil d’intervention fixé par la loi pour les assurances a été dépassé. Les dégâts liés aux inondations de juillet 2021 coûteront plus de deux milliards d’euros d’après les assureurs. Pour le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, la loi doit changer pour s’adapter aux risques du dérèglement climatique.

100.000 personnes ont été touchées par les inondations de juillet dernier, rappelle l’Avenir. Et pour beaucoup de sinistrés, le parcours du combattant est loin d’être terminé, un an après le drame. Les renforts au service du Fonds des Calamités viennent à peine d’arriver… Les mots d’Elio Di Rupo dans l’Avenir pour conclure : "Si ça devait se reproduire, il faut que, au fédéral et à la Région, le gouvernement et le Parlement éliminent toute contrainte pendant un certain temps. Parce que là, les procédures administratives, ce sont des boulets."

Belga / Bruno Fahy

La Vivaldi parviendra-t-elle à un accord sur le pouvoir d’achat avant le 21 juillet ?

Difficile, d’après plusieurs journaux. Hier, les experts ont remis un rapport au gouvernement avec une série de propositions qui doit servir de base pour les futures mesures de lutte contre la baisse du pouvoir d’achat. L’Echo détaille quelques-unes de ces propositions phares, comme une réforme de l’indexation des salaires et de la fiscalité sur le gaz et l’électricité.

Les experts recommandent surtout de mettre en place le plus tôt possible des mesures pour faire baisser notre consommation d’énergie, et réduire notre appétit pour le pétrole, souligne De Morgen : davantage de dimanches sans voiture, une limitation de la vitesse à 100 km/h sur les autoroutes, une réduction des subventions pour les voitures de société, la restriction des cartes de carburants à usage privé…

Un rapport qui divise, d’après Le Soir. Les Bleus sont déçus, les Verts enthousiastes, les Rouges plus radicaux et le CD&V vaguement satisfaits. La conclusion du Morgen : la probabilité que le gouvernement De Croo décide de mesures supplémentaires en faveur du pouvoir d’achat avant le 21 juillet, date du début des vacances politiques, est assez faible.

Sur le même sujet

Réchauffement climatique : de la nécessité d’une remise en question de notre société et de "courage politique", selon J-P van Ypersele

Ecologie

Les îles vulnérables du Pacifique veulent une action "urgente et immédiate" sur le climat

Monde

Articles recommandés pour vous