Guerre en Ukraine

"La Russie se prépare à une guerre longue" explique Nina Bachkatov, docteur en sciences politiques à l’ULiège

Des gazoducs attaqués ? Deux explosions sous-marines ont en tout cas été enregistrées avant les fuites aux Nord Stream reliant la Russie et l’Allemagne. Pour Kiev, il s’agit d’une attaque terroriste planifiée par la Russie. Sur le plateau de QR l’actu Nina Bachkatov, docteur en sciences politiques à l’ULiège et spécialiste de la Russie, ne pense pas que cette action a été dirigée par la Russie. "C’est un endroit du globe qui est extrêmement contrôlé par l’OTAN. J’ai d’ailleurs été très frappée de voir le secrétaire d’État américain très embarrassé. A mon sens, la guerre prend la dimension d’un conflit hybride, c’est-à-dire qui sort des moyens conventionnels. Cette action est très technique dans une zone très surveillée et cela porte atteinte à la sécurité globale".

Référendum, quelles conséquences ?

La Commission électorale russe a affirmé que le "oui" emportait entre 97 et 98% des suffragesDes "référendums" qui doivent décider si les territoires ukrainiens occupés doivent être annexés à la Russie. Un "oui" qui n’est évidemment pas une surprise et cela pourrait permettre à Vladimir Poutine de prolonger le conflit à entendre Nina Bachkatov. "Personne ne peut croire les résultats et l’improvisation d’un référendum de ce type qui revient à faire accepter par une voie paralégale l’annexion des territoires. Je pense qu’il faut faire un lien entre ce référendum et la mobilisation des réservistes. Il faut y voir une volonté de prolonger la guerre".

Menaces nucléaires ?

Moscou a brandi une fois encore la menace de l’arme nucléaire pour défendre ces territoires. Faut-il prendre ces menaces au sérieux ? Pour cette spécialiste de la Russie, la menace est suffisamment crédible pour que les Américains la prennent au sérieux. Néanmoins, pour Nina Bachkatov, on est encore dans une phase de dissuasion. "Ce qui est par contre inquiétant dans les déclarations de Vladimir Poutine, c’est qu’il a parlé de tout autre moyen".

Quid de la mobilisation russe ?

Poutine a annoncé il y a quelques jours, la mobilisation de près de 300.000 réservistes et pour Nina Bachkatov, c’est clairement le signal que la Russie se prépare à une guerre longue. Mais on le voit cette opération de mobilisation est vraiment improvisée et cela occasionne des mouvements de fuite et de contestations. "Il faudra voir ce qu’il se passera si Poutine est face à de vraies contestations et des révoltes dans les centres de recrutements".

© Tous droits réservés

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous