Icône représentant un article video.

OUFtivi

La technologie au secours des iguanodons

Quand la technologie vient au secours des iguanodons

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Au Musée des Sciences naturelles de Bruxelles, les squelettes des iguanodons de Bernissart sont actuellement analysés. Le but ? Permettre aux paléontologues de mieux les connaitre mais aussi s’assurer qu’ils ne s’abîment pas.

Les squelettes trouvés à Bernissart en 1878 sont en effet très fragiles. A leur découverte, ils se sont gangrénés d’une matière aux reflets d’or qui fait éclater les os dès qu’ils entrent en contact avec l’air. Très vite, les équipes sur place ont essayé des remèdes dignes de sorcières pour empêcher ce phénomène. Et ça marche !

Grâce à ce puzzle d’iguanodon scanné depuis plusieurs semaines, les paléontologues auront une image très précise du fossile en 3 dimensions. Ils pourront l’étudier directement sans le toucher et reconstituer ses parties abimées. Les pièces les plus fragiles seront recopiées à l’identique sur une imprimante 3D.

Cette technique contribuera également à une meilleure compréhension de l’anatomie de l’iguanodon et de sa capacité, grâce à sa colonne vertébrale très solide, de courir jusqu’à 25 km/h pour échapper à ses prédateurs.

Articles recommandés pour vous