Monde Moyen-Orient

La Turquie n’attendra pas la "permission" de Washington pour lancer une nouvelle offensive en Syrie

Recep Tayyip Erdogan
29 mai 2022 à 13:05Temps de lecture1 min
Par Belga

La Turquie n’attendra pas la "permission" des Etats-Unis, pour lancer une nouvelle offensive en Syrie, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan.

"On ne peut pas lutter contre le terrorisme en attendant la permission de qui que ce soit", a indiqué le chef de l’Etat à un groupe de journalistes au retour d’une visite en Azerbaidjan.

"Que ferons-nous si les États-Unis ne font pas leur part dans la lutte contre le terrorisme ? Nous nous débrouillerons seuls", a-t-il ajouté en réponse à une mise en garde de Washington.

Les Etats-Unis, par la voix du porte-parole du département d’Etat américain Ned Price, s’étaient dits mercredi "profondément préoccupés" par l’annonce lundi par M. Erdogan du lancement prochain d’une nouvelle opération militaire turque dans le nord de la Syrie visant à assurer à Ankara une "zone de sécurité" large de 30 kilomètres à sa frontière.

"Nous condamnons toute escalade. Nous soutenons le maintien des lignes de cessez-le-feu actuelles", a souligné M. Price.

Depuis 2016, Ankara a mené trois offensives dans le nord de la Syrie contre les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde qu’elle considère comme terroriste mais qui a été soutenue par les Etats-Unis notamment pour contrer les djihadistes du groupe Etat islamique.

Interrogé par ailleurs sur le processus d’adhésion à l’Otan de la Suède et de la Finlande, à laquelle Ankara s’oppose jusqu’ici, le président turc a jugé que les discussions mercredi à Ankara entre les délégations suédoise, finlandaise et turque n’avaient pas été "à la mesure des attentes" de la Turquie.

M. Erdogan a de nouveau accusé les deux pays nordiques de "soutenir le terrorisme", estimant que la Suède n’est ni "sincère" ni "honnête".

Sur le même sujet

"Nous poursuivrons prochainement notre lutte contre les terroristes" en Syrie, affirme Erdogan

Monde

Le président iranien Ebrahim Raïssi a discuté de la situation en Syrie avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan

Monde Moyen-Orient

Articles recommandés pour vous