Red Flames

La vaseline, le truc étonnant de la gardienne des Flames Nicky Evrard

Nicky Evrard (Red Flames), une gardienne qui carbure… à la vaseline

© BELGA

11 juil. 2022 à 11:06 - mise à jour 11 juil. 2022 à 11:22Temps de lecture2 min
Par Erik Libois (à Manchester)

Elle est sans conteste, avec la buteuse Justine Vanhavermaet, la " Woman Of The Match " de la première sortie des Red Flames, dimanche à l’Euro, face à l’Islande (1-1). Nicky Evrard, la gardienne belge, a multiplié les safes et a eu le mérite de garder les Flames dans la rencontre en stoppant un penalty nordique à la demi-heure.

Je suis contente de mon match mais je n’ai fait que mon boulot " explique la Flandrienne, qui, à 27 ans, affiche 52 caps et vient de signer son transfert de Gand vers OHL où elle retrouvera 4 autres Red Flames. " Évidemment j’aurais aimé ramener une clean-sheet, mais il faut savoir prendre ce qu’on se donne. Sur le penalty, j’ai mes petits trucs comme chaque gardienne : je bouge, j’essaie d’intimider la tireuse adverse, je fais du bruit. Je tente d’entrer dans ses pensées et de la faire sortir de son match. Apparemment, ça a marché… " (clin d’œil)

Mais surtout, Evrard a un petit truc qui tue : la vaseline !

Ça date d’un match joué avec les Flames au Kosovo. Avant chaque rencontre, j’ai l’habitude de mettre de la vaseline sur mes gants, et au Kosovo, j’en avais tapissé le poteau droit de mon but. Et ce jour-là j’ai stoppé deux penalties. Depuis ce jour, avec Davina Vanmechelen, on a le même rituel : on enduit de vaseline le pied des poteaux de mon but… Je sais que ce sont des trucs bizarres… mais je l’ai encore fait ce dimanche, et à l’évidence, ça m’a porté chance. " (rires)

Pas sûr que l’UEFA n’interfèrera pas lors des prochaines sorties pour protéger ses buts en alu…

Nicky Evrard (Red Flames), une gardienne qui carbure… à la vaseline
Nicky Evrard (Red Flames), une gardienne qui carbure… à la vaseline AFP or licensors

Un matelas… et des châteaux gonflables

Pour Evrard, réserviste des Flames lors de l’Euro 2017, mais qui a entre-temps pris le dessus sur l’ex-portière Justine Odeurs, c’est une belle revanche sur le mauvais sort. Championne des Pays-Bas avec son club de Twente, elle avait ensuite pris le chemin de l’Espagne mais son expérience à Huelva n’a duré que quelques mois : soi-disant dotée d’un contrat professionnel, Evrard logeait dans de telles conditions qu’elle devait dormir sur un matelas posé à même le sol.

Le foot, ce n’est pas faire de beaux matches, c’est gagner… sinon on peut rester chez soi " explique cette battante dotée d’un joli gabarit, connue aussi pour son mental d’acier et la qualité de son jeu au pied, peu courant dans un sport où les gardiennes sont souvent sujettes à la critique. " Contre l’Islande, on a eu du mal, on a souffert ensemble mais on a bien réagi et on a montré qu’on avait un gros esprit. Maintenant, on va essayer de montrer des choses jeudi contre la France… même si on sait que ce sera très difficile. Si un exploit est possible ? Match par match : c’est un cliché, mais c’est comme ça qu’on avance… " (sourire)

Nicky Evrard (Red Flames), une gardienne qui carbure… à la vaseline
Nicky Evrard (Red Flames), une gardienne qui carbure… à la vaseline BELGA

Pour encore mieux rebondir ? Evrard est experte en la matière : à côté du foot, elle gère une entreprise… de châteaux gonflables.

J’avais mes potes, mes collègues et quelques voisins du quartier en tribune contre l’Islande. Ma copine était là aussi, évidemment. En tout, cela faisait 10 à 15 personnes. Ça fait du bien de sentir l’appui de la Belgique ici ! "

Sur le même sujet

Wendie Renard sur Janice Cayman : "ça reste une très bonne amie mais on va chacune tout donner pour notre pays"

Euro féminin

Articles recommandés pour vous