La Trois

La vie tumultueuse d’Ava Gardner, beauté éternelle

© © Tous droits réservés

06 déc. 2021 à 09:16Temps de lecture2 min
Par Fanny Guéret

La Trois vous propose ce portrait saisissant de la diva hollywoodienne Ava Gardner. Cette jeune fille de la campagne propulsée sur grand écran est devenue une des plus grandes stars du cinéma féminin. Mais cette icône américaine a connu une vie tourmentée. 

Ava Gardner
Ava Gardner © Tous droits réservés
Née en 1922 en Caroline du Nord, Ava Gardner grandit d’abord en milieu rural dans la pauvreté. Elle est un garçon manqué, adore son père, et très vite, en grandissant, devient une pure beauté. Elle va décrocher un premier contrat d’actrice de studio à 18 ans uniquement grâce à sa beauté époustouflante, enchaîner les petits rôles pour apprendre le métier et se faire façonner par la MGM. C’est un premier mariage l’année suivante avec Mickey Rooney, acteur le mieux payé d’Hollywood, qui va faire décoller sa carrière. Un an plus tard, c’est le divorce, avant un nouveau mariage avec un célèbre compositeur de jazz. La jeune actrice décroche son premier grand rôle à 25 ans dans Tragique Rendez-vous. Ensuite, un film fera basculer sa vie comme sa carrière : Pandora, tourné en Espagne, pays dont elle tombe sous le charme.
S’en suivront d’autres liaisons tourmentées, puis sa rencontre avec un certain Frank Sinatra avec qui elle finira par se marier au début des années 50, pour le meilleur mais surtout pour le pire, sous le regard étouffant d’un Hollywood surmédiatisé.
 
© Tous droits réservés

Ava Gardner et l’Espagne

 
En pleine période franquiste, les Etats-Unis signent des accords avec l’Espagne, permettant l’accès aux films hollywoodiens et faisant d’Ava Gardner une véritable star en Espagne. Elle s’installe dans le pays en 1955 et ne se soucie aucunement de la misère dans le pays, provoquée par le fascisme de Franco. Ava vit de ses privilèges, faisant la fête chaque nuit dans une tour d’argent, se noyant petit à petit dans l’alcool, et ne parvenant pas à en découdre avec son complexe du passé d’enfant pauvre et la mort prématurée de son père.

Ava Gardner finira par s’exiler à Madrid et enchaînera par quinze années de fêtes et de passions amoureuses – avec des toreros – qui se termineront par une chute de cheval. Une chute aussi au sens figuré car ce sera le début de la dégringolade de sa carrière. Fatiguée par ses années d’exubérance et d’alcool, accumulant les dettes, devenue acariâtre, elle part s’installer à Londres. Elle tourne dans de mauvais (télé) films pour des raisons financières et meurt seule en 1990.

Le réalisateur Sergio G. Mondelo, à qui l’on doit aussi Pedro Almodovar – Tout sur ses femmes, dresse un portrait fascinant d’une des plus belles femmes du monde, de sa carrière, mais aussi et surtout de sa vie personnelle et avec elle, de ses fragilités et de ses failles psychologiques.

Ava Gardner, la gitane d’Hollywood, c’est dans votre série Portraits sur La Trois ce vendredi 10 décembre à 20h30.

 

Articles recommandés pour vous