Regions

La Ville de Bruxelles se dote d’un plan d’action pour redynamiser et diversifier les commerces sur le piétonnier et dans 3 autres quartiers

© © Tous droits réservés

Le conseil communal de la Ville de Bruxelles a donné son feu vert, lundi soir, à une large majorité, au premier volet du schéma de développement commercial de la Ville de Bruxelles.

Porté par l’échevin du Commerce Fabian Maingain (DéFI), cet outil définit 54 objectifs stratégiques et 180 actions concrètes pour soutenir le développement économique des quartiers commerçants bruxellois. Il se concentre en particulier sur la stratégie commerciale de la zone piétonne des boulevards du Centre, des quartiers européens, de Wand (Laeken) et de la rue François Vekemans (Neder-Over-Heembeek). Les volets suivants porteront sur d’autres noyaux de différents quartiers de la Ville.

Le schéma de développement commercial comprend un plan d’action transversal aux compétences des échevins de la Ville.

Selon Fabian Maingain, ce plan a été élaboré à la suite du travail de fond et des recommandations opérationnelles de la firme CityD sur quatre axes : le mix commercial à développer, l’environnement commercial à améliorer, la promotion des quartiers commerçants et le renforcement de l’expérience commerciale.

Une offre plus qualitative et plus diversifiée

Le schéma vise à développer une stratégie commerciale axée sur un renforcement qualitatif de l’offre ; une spécialisation des pôles commerciaux et le renforcement de leur identité commerciale ; à répondre à l’objectif "Ville à 10'". Il est aussi destiné à accompagner les commerces bruxellois dans la transition vers une économie résiliente, circulaire et durable ; et à rendre les quartiers plus attractifs et résilients aux chocs économiques dans un contexte post-Covid.

L’ambition est de transformer les boulevards du centre en une zone animée avec sa propre identité commerciale et favorisant l’interconnexion avec les autres quartiers. Il s’agit aussi d’y construire une offre commerciale pour les habitants dans le cadre de la Ville à 10 minutes, mais aussi de destination pour les Belges et les touristes internationaux, sans oublier les travailleurs de la zone et les jeunes qui constituent actuellement 65% du flux de chalandise, si l’on en croit Fabian Maingain.

Pour le Quartier européen, qui a souffert plus que d’autres de la crise liée à la pandémie en raison d’une clientèle provenant essentiellement de bureaux, l’objectif général est une réorientation vers d’autres flux potentiels de clientèle comme les habitants et une clientèle de destination en mettant en exergue l’offre commerciale de qualité et l’identité européenne du quartier comme destination touristique et culturelle.

Le premier volet porte aussi sur les quartiers De Wand (haut de Laeken) et Vekemans (Neder-Over Heembeek).

L’opposition pas très emballée

Dans l’opposition le cdH/CD&V a voté pour ; le PTB, contre ; et le MR s’est abstenu.

Pour Didier Wauters (cdH), ce premier schéma de développement commercial qui a le mérite d’exister pour ses apports en matière de transversalité des actions et de mixité des flux de clientèle arrive cependant un peu tard et tarde même à venir pour la rue Marie-Christine dont on s’occupera plus tard malgré son déclin avancé.

David Weytsman (MR) a dit avoir décelé beaucoup d’éléments intéressants dans le schéma, mais il aurait voulu plus d’actions concrètes en urgence pour soutenir les commerçants au quotidien, pour la sécurité, pour venir à bout des commerces inoccupés et faire revenir des familles dans le centre de Bruxelles.

Riet Dhont (PTB-PVDA) a critiqué l’absence de lien entre le schéma de développement commercial de la zone piétonne du centre et le concept de ville sous-jacent, très orienté jeux et casino et pas du tout culture et éducation.

Sur le même sujet

Incendie dans le piétonnier de Bruxelles : les pompiers accèdent difficilement à l’immeuble en feu

Regions Bruxelles

Articles recommandés pour vous