RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

La Ville de Liège cherche des "passeurs d’arbres"

Dans le jardin botanique de Liège

La Ville de Liège veut constituer une équipe de "passeurs d’arbres" et cherche des candidats parmi ses habitants.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre du Plan Canopée de la Ville dont l’objectif est de planter plus de 24.000 arbres à Liège d’ici 2030. La Ville lance un appel à projet pour trouver vingt passeurs d’arbres. Au terme de la sélection et d’une formation, ils et elles deviendront des personnes-ressources, des relais du Plan Canopée auprès des autres citoyens, des référents, des incitateurs, des soutiens.

Mobiliser l’ensemble des citoyens

Gilles Forêt, l’échevin liégeois de la transition écologique, explique : "Un passeur d’arbres, c’est le volet du Plan Canopée qui va permettre aux citoyens qui veulent nous aider dans notre ambitieux projet à pouvoir mobiliser l’ensemble des citoyens. Le Plan Canopée, c’est un tiers de plantations sur l’espace public et deux tiers sur l’espace privé. Donc on a besoin des citoyens pour nous aider à relever ce défi.".

Présente à Liège à l’occasion du lancement de l’appel à projet, la Ministre wallonne de la Nature et de l’Environnement, Céline Tellier, a souligné : "Le Plan Canopée de Liège est vraiment un projet exemplaire pour planter massivement dans les villes. On a un grand projet au niveau de la Wallonie qui s’appelle "Yes, we plant", qui vise à planter massivement des haies et des arbres et qui avance bien. On est à 1.300.000 arbres aujourd’hui qui sont plantés en Wallonie. Donc c’est très positif aussi d’avoir en complément des villes, des communes aussi inspirantes et aussi enthousiastes pour planter. Le projet "passeurs d’arbres" est vraiment très, très positif pour mobiliser aussi les citoyens les former aussi sur la plantation d’arbres. Impliquer les citoyens, c’est fondamental.".

Une formation

Les candidatures pour devenir passeur d’arbres doivent être rentrées pour le 5 juin. Et ensuite ? "Il va donc y avoir les candidatures.", répond l’échevin Gilles Forêt, "Nous allons les analyser avec un jury et nous allons essayer de répartir en fonction des provenances des quartiers, par rapport aux différentes générations, par rapport aussi aux genres, pour essayer d’avoir un panel le plus diversifié possible et puis on va les former. Les services ont prévu cinq journées de formation."

Cette formation, Mélanie Haid du service environnement la détaille ainsi : "Il y aura six points différents. Le premier, c’est vraiment comprendre l’arbre, de la racine jusqu’au bourgeon apical. Le deuxième, ce sera comment planter le bon arbre au bon endroit, donc la sélection et puis l’acte en lui-même. Il y aura aussi un point sur toute la réglementation qui court autour de l’arbre. Le quatrième point, ce sera la taille raisonnée des arbres d’ornement, qui est très spécifique. Il y aura la préservation des arbres et de leur milieu. Et enfin, l’observation des arbres, de certains symptômes, de certains défauts ou caractéristiques spécifiques et ce que ça engendre dans les mesures de gestion à prendre.".

Ce que les passeurs d’arbres auront appris profitera donc à d’autres. "C’est bien le premier but.", confirme Mélanie Haid, "C’est que ces citoyens soient le relais entre les autres citoyens et la Ville, qu’ils puissent répondre aux questions des habitants de leurs quartiers, qu’ils puissent informer sur les bonnes pratiques concernant les arbres, prodiguer certains conseils et sensibiliser leur voisinage aux arbres."

Sur le même sujet

Enfin une vraie "place Goffin-Bovy", dans le quartier liégeois de Sainte-Marguerite ?

Regions Liège

Environnement et santé : un vieil arbre aurait plus d’effets positifs sur la santé que dix jeunes arbres

Environnement

Articles recommandés pour vous