Régions Brabant wallon

La ville de Wavre teste de nouvelles "tondeuses" au quartier des Quatre Sapins

Les moutons sont surveillés par la bergère, Marie-France, et sa chienne Fifa
12 juil. 2022 à 16:06Temps de lecture2 min
Par Stéphanie Vandreck

Le site de cinq hectares, dans le quartier résidentiel des Quatre Sapins, avait déjà un aspect bucolique avec ses larges prairies vallonnées. Mais depuis l’arrivée de vingt-cinq brebis de race "tête noire", en provenance d’un élevage d’Eghezée, c’est carrément la campagne qui vient de s’inviter en lisière de la ville. Le troupeau y restera au moins tout l’été, histoire de tester si l’éco pâturage est adapté à de tels espaces et, surtout, compatible avec le voisinage. "Avant de mettre ce projet sur pied, nous avons consulté les riverains, qui se posaient certaines questions. Il y a aura une évaluation en octobre et là on verra si l’expérience peut être renouvelée, voire reproduite dans d’autres endroits de Wavre", indique l’échevin de l’environnement Luc Gillard. Il est clair que pour la ville, les moutons sont plus avantageux pour la tonte que des engins motorisés. "Il y a moins d’émissions de CO2, mais il fallait aussi évacuer les résidus de tonte, ce qui avait un coût. De plus, les ovins enrichissent le sol et, avec les nuisances sonores qui sont diminuées, on va voir réapparaître une certaine biodiversité", précise encore l’échevin.

Les brebis sont de la race "tête noire", choisie pour sa résistance à tous les climats
Les brebis sont de la race "tête noire", choisie pour sa résistance à tous les climats S. Vandreck

Des brebis qui attisent la curiosité

Marie-France Denooz, la bergère chargée de surveiller le troupeau, et sa chienne Fifa, sont en tout cas devenues en quelques jours les stars du quartier. "Je pense que je suis sur tous les téléphones du quartier ! Plaisante-t-elle. Les gens filment, font des photos, s’arrêtent avec les enfants, ils ont envie de caresser les moutons. Ils posent beaucoup de questions également. On voit qu’ils sont curieux et intéressés". Sa tâche n’est pourtant pas d’assurer les relations publiques mais bien de surveiller le troupeau. Il est installé dans un large enclos, protégé par une clôture électrique, pour que les bêtes ne soient pas tentées de s’échapper. Trois après-midis par semaine, la bergère les en sort pour les emmener brouter. "On va sur les meilleurs spots du site, là où il y a du trèfle, par exemple". Les brebis sont rapides et, elles aussi, fort curieuses, mais également vite effrayées par des éléments extérieurs comme d’autres chiens. Fifa joue donc avec efficacité le rôle de chef du troupeau, "même si c’est moi qui lui dis où elle doit aller", rappelle Marie-France. Des instructions qu’elle lui donne en anglais, la langue traditionnellement utilisée pour le dressage des chiens de berger.

Un air de campagne aux portes de la ville
Un air de campagne aux portes de la ville S. Vandreck

On ne peut pas penser à ses soucis, il faut toujours être attentif à tout

Ici les brebis et leurs agneaux se régalent d’herbe fraîche et bien grasse. "Je les laisse environ une heure. Quand les têtes commencent à se relever, elles vont sous un arbre pour se reposer. Je les emmène aussi découvrir d’autres endroits pour qu’elles s’y sentent à l’aise, puis je les ramène à l’enclos", décrit la bergère. Elle s’interroge néanmoins à propos des fortes chaleurs annoncées les prochains jours. "Au-dessus de 25, 26°, un mouton ne mange plus, explique-t-elle. Il va chercher l’ombre et se reposer en attendant que la chaleur diminue. Je vais sans doute changer l’enclos de place, et venir les sortir tôt le matin ou le soir. Mais le soir, il risque d’y avoir beaucoup de monde, beaucoup de chiens, même attachés, c’est quand même plus de stress pour les moutons". Attentive, Marie-France consacre quasiment tout son temps libre à ces moutons : "Je ne fais pas d’élevage, je ne suis que bergère. J’aime beaucoup travailler avec des chiens, mais ce que j’apprécie le plus, c’est qu’on n’a pas l’esprit dérangé par autre chose. Ça vide le cerveau. On ne peut pas penser à ses soucis, il faut toujours être attentif à tout. Et quand tout est calme, c’est presque de la méditation", confie-t-elle avec un large sourire.

L'éco pâturage testé à Wavre

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous