Ladies in Rock

Ladies in Rock : Sinéad O’Connor, Artiste Torturée

© Sinéad O’Connor

12 sept. 2021 à 17:00Temps de lecture3 min
Par Delphine Ysaye

Chanteuse rebelle au crâne rasé Sinéad n’a eu de cesse d’exprimer sa colère à travers ses chansons. Une enfance volée, un immense succès avec sa reprise du titre de Prince ''Nothing Compares 2 U'', des divorces, des provocations, des dépressions, des tentatives de suicides et plusieurs changements de religions. Une vie chaotique et un parcours d’artiste étonnant.

Troisième fille d’une fratrie de cinq enfants, Sinéad subit très tôt les coups de sa mère, dépressive et alcoolique. A 13 ans, elle décide de rejoindre son père, pour commencer une nouvelle vie loin des sévices maternelle. Après un renvoi de l’école pour vol, elle est inscrite dans un internat où elle découvre enfin un exutoire ; la musique et le chant. La jeune fille, encouragée par son professeur de langue irlandaise, enregistre ses quatre premières chansons puis créé son groupe, Ton Ton Macoute.

"Je voulais de l’amour, de l’attention. Et, face à un micro, je pouvais enfin crier, expulser ces putains de choses qui me minaient. Mon histoire devait être entendue, car je savais que je valais quelque chose malgré tout, et je voulais que le monde le sache."

En 1986, elle fait la connaissance de The Edge, guitariste de U2, qui l’encourage à enregistrer ses chansons. Son premier album solo, ''The Lion and the cobra'', sort en 1987 et connaît un premier succès avec notamment le titre "Heroine", coécrit avec The Edge. C’est à cette époque qu’elle décide de se raser le crâne en réaction à sa maison de disques qui ne la trouve pas assez sexy avec ses cheveux courts.

Loading...
Loading...

 

En 1990, Sinéad est révélée à la face du monde avec la reprise ''Nothing Compares 2 U'', de Prince extraite de son deuxième album. Elle devient numéro un dans dix-sept pays. La même année, elle participe au concert gigantesque : The Wall Live in Berlin, organisé par Roger Waters, entièrement rejoué ce soir-là devant 300.000 personnes pour commémorer la chute du mur de Berlin. Sa carrière est lancée mais ses démons la rattrapent sans cesse.

Loading...
Loading...

 

Au fil de ses chansons, Sinéad se révolte, dénonce et s’insurge face à l’hypocrisie du monde. Anti conformiste rebelle elle s’en prend d’abord à l’Angleterre en soutenant l’IRA. Plus tard elle refuse que l’hymne américain soit joué avant l’un de ses concerts et, pendant la guerre du Golfe, elle boycotte des célébrations musicales au pays de George Bush.

En 1992, elle déchire en direct la photo du pape Jean-Paul II lors de l’émission Saturday Night Show. Elle souhaite alors alerter l’opinion sur les traitements infligés aux enfants dans certaines institutions religieuses irlandaises, notamment la pédophile. Beaucoup raillent son "hystérie" et la taxent d’irresponsable.

Loading...

 

En même temps elle continue de produire régulièrement de nouveaux albums, le plus souvent bien accueillis par la critique. En 1992, elle travaille avec Peter Gabriel. L’année suivante elle contribue à la bande originale du film ''Au nom du père'', agencée par U2. En 1994, elle sort un nouvel album ''Universal Mother'', puis ''Fire on Babylon''.

Loading...
Loading...

 

Fin 90, la chanteuse, anticléricale mais croyante à la poursuite d’une quête spirituelle, rejoint la Tridentine Church pour y être ordonnée prêtre et prend le nom de Mère Bernadette Marie. Elle manque d’en être expulsée suite à la révélation de sa bisexualité.

En parallèle à ses frasques publiques Sinéad vit une vie amoureuse assez tourmentée. Elle est mère de quatre enfants. En 1989, elle se marie avec un musicien, John Reynolds dont elle divorce un an plus tard. Elle rencontre ensuite le leader des Red Hot Chili Peppers, Anthony Kiedis, en 1990. Un amant qu’elle quitte subitement ; il lui dédiera la chanson ''I could Have Lied''.

Loading...
Loading...

 

En 2001, elle convole à nouveau et épouse Nick Sommerlad, un journaliste. Son mariage à Las Vegas avec son compatriote Barry Herridge, un conseiller psychologique, est un échec, elle y met un terme au bout de seulement seize jours. Au fil des ans son état de santé mentale s’aggrave, victime de troubles bipolaires, elle s’enfonce de plus en plus dans la dépression et réalise trois tentatives de suicides.

En 2018 son changement de religion laisse présager un apaisement, de courte durée. Convertie à l’islam, la chanteuse irlando-américaine se fait désormais appeler Shuhada Sadaqa.

" C’est la conclusion naturelle de tout parcours théologique intelligent. Tous les écrits mènent à l’Islam, les autres sont redondants "

Loading...
Loading...

 

Face à l’épidémie de Covid-19, la chanteuse irlandaise révélait son envie de reprendre des études pour devenir soignante. Si Sinéad O' Connor n’a sorti aucun album ses dernières années, elle a écrit ses mémoires "Rememberings" en juin 2020. Récemment, dans une série de tweets, la chanteuse irlandaise, "fatiguée", annonçait la fin de sa carrière ainsi qu’un ultime album "No Veteran Dies Alone", qui sortirait en 2022. Le tout avant de faire marche arrière et d’affirmer le contraire : "Je me sens en sécurité pour rétracter mon souhait de me retirer". Info ou intox ? Avec elle rien n’est moins sûr.

Loading...

 

Retrouvez la suite ce vendredi soir entre 21 et 22 heures sur Classic 21, en ROD sur Classic 21.be et Auvio ainsi que dans le Télépro de cette semaine.

Télépro

En partenariat avec

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous