Vuelta - Cyclisme

L’ambition dévorante du maillot rouge Remco Evenepoel : "Ce dont je rêve maintenant ? Gagner une étape"

Remco Evenepoel : "Ce dont je rêve maintenant ? Gagner une étape"

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Intenable Remco Evenepoel. Jamais inquiété dans les Praeres, le Belge a profité de la passivité de la concurrence pour lâcher un à un les favoris et grappiller encore un peu de temps. Résultat, à la veille du 2e jour de repos, et alors qu’un chrono idéal se profile mardi, le Belge a fait le trou sur ses adversaires et compte plus d’une minute d’avance sur tous ses adversaires. Forcément, à l’arrivée, c’était la joie et la fierté qui prédominaient… malgré la fatigue.

"C’était l’une des arrivées les plus dures que j’ai faites dans ma vie, ça ne peut pas devenir plus dur que ça. J’ai un seul truc à dire : quelle équipe ! C’est incroyable. Après avoir entendu la mauvaise nouvelle concernant Pieter Serry ce matin, toute l’équipe était un peu choquée parce que Pieter est un bon gars qui se donne à fond pour l’équipe. Il a beaucoup travaillé pour moi. Donc on a dû se dire qu’on repartait à 7. Quand je vois les gars travailler comme ça, sincèrement ça m’émeut. C’est incroyable. Quand vous voyez l’attitude de Julian Alaphilippe dans la descente… c’est incroyable. On a poussé beaucoup de gars à la limite. Pareil pour Ilan van Vilder. Il avait dit qu’il n’avait pas les jambes et pourtant il a fait un effort. C’était à moi de finir mais c’est la meilleure équipe au monde. C’est incroyable" a-t-il confié à Jérôme Helguers, rendant un superbe hommage à sa formation.

9e étape : Illaviciosa > Les Praeres Nava : Victoire de Louis Meintjes. Evenepoel accroit son avance.

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Ce dont il rêve désormais ? Gagner une étape

Pendant la dernière montée, où il a lâché un à un ses adversaires, Evenepoel avait le regard braqué sur son guidon, focalisé sur son ordinateur de bord : "Ce que je regardais sur mon compteur dans la dernière montée ? Je regardais les kilomètres, ça faisait tellement mal. Je voulais finir vite. Sur le petit ordinateur, on peut voir les différents pourcentages, le profil. Je ressentais un peu de fraîcheur quand ça descendait un peu. Je m’étais mis en tête de reprendre du temps, j’en ai pris beaucoup aujourd’hui. C’est génial."

Alors, après une semaine, la question se pose désormais : Remco Evenepoel est-il le patron de cette Vuelta 2022 ? Ce serait aller un peu vite en besogne, selon le principal intéressé : ""Si je suis le patron ? C’est un grand mot. Mon objectif c’est de gagner une étape. Là, on peut dire que j’ai gagné trois étapes chez les favoris mais je n’en ai pas encore gagné de vraie. Donc je vais me focaliser là-dessus, ce serait génial de gagner le chrono en rouge. Mais pour le redire une fois de plus : l’équipe est extraordinaire."

Loading...
Remco Evenepoel à l’arrivée de la 9e étape de la Vuelta.
Remco Evenepoel à l’arrivée de la 9e étape de la Vuelta. © Belga

Articles recommandés pour vous