RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Bruxelles

Lancement d'un projet de lutte contre la précarité menstruelle dans une école à Ixelles

La ministre fédérale de la Lutte contre la pauvreté Karine Lalieux (PS)
07 mars 2022 à 17:18Temps de lecture1 min
Par Belga

La ministre fédérale de la Lutte contre la pauvreté Karine Lalieux (PS) et la ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles Caroline Désir (PS) ont dévoilé lundi après-midi un projet de lutte contre la précarité menstruelle mis en place à l'athénée Charles Janssens, à Ixelles, en présence de son bourgmestre Christos Doulkeridis (Ecolo) et de l'échevin de l'Instruction publique Romain de Reusme (PS)

Des produits périodiques jetables sont proposés en libre accès dans trois toilettes de l'établissement pour une phase test d'un mois. Une gamme plus large de produits est accessible sans restriction au secrétariat, à l'accueil et au service de Promotion de la Santé à l'École (PSE) de l'école.

Une plateforme réunit entre autres la direction de l'école, le pouvoir organisateur communal, les élèves à l'initiative du projet et la professeure qui l'encadre.

"Je voudrais féliciter tout spécialement les élèves qui se sont investis dans projet et qui ont formulé la proposition de réfléchir à des solutions structurelles sur un sujet qui touche la communauté scolaire", a relevé Caroline Désir. "C'est de la démocratie scolaire en acte et c'est aussi un apprentissage crucial pour ces élèves qui sont les citoyens de demain. Nous sommes d'ailleurs actuellement au travail pour redynamiser le fonctionnement des organes de représentation des élèves au sein des écoles mais également au niveau de la fédération Wallonie-Bruxelles".

Le projet a été financé grâce à un subside de 200.000 euros libéré fin 2020 par Karine Lalieux. "Le Conseil des Femmes francophones de Belgique a développé plusieurs projets en Wallonie et à Bruxelles grâce à ce subside, tandis que le Vrouwenraad a fait de même en Flandre", a expliqué la ministre. "Imaginez la détresse d'une jeune fille de 13 ou 14 ans qui n'ose pas demander de l'argent à sa mère qui n'arrive plus à joindre les deux bouts... Pour les plus précarisées d'entre elles, et elles sont plusieurs centaines de milliers en situation de pauvreté, le prix des protections hygiéniques en fait de véritables produits de luxe, malgré la baisse de la TVA à 6% sur ces produits".

Sur le même sujet

Espagne : vers un "congé menstruel" pour les femmes aux règles douloureuses, une mesure inédite en Europe

Monde

Articles recommandés pour vous