Journal du Rock

L’assassin de John Lennon s’explique à nouveau devant la justice

John Lennon

© Vinnie Zuffante/Michael Ochs Archives/Getty Images

09 nov. 2022 à 09:20Temps de lecture2 min
Par Marie-Amélie Mastin

L’assassin de John Lennon, Mark David Chapman, s’est récemment vu refuser sa libération conditionnelle pour la douzième fois depuis qu’il est devenu éligible en 2000 - 20 ans après avoir abattu l’ancien Beatle devant son appartement de l’Upper West Side. Les transcriptions récemment rendues publiques de la dernière audience de libération conditionnelle, au cours de laquelle il a admis qu’il y avait "le diable dans le coeur", prouvent qu’il n’a pas vraiment réussi à démontrer de manière convaincante qu’il méritait d’être libéré.

"Je ne vais pas blâmer quoi que ce soit d’autre ou qui que ce soit d’autre pour m’avoir amené là", a déclaré Chapman à la commission lors d’une audience en août. "Je savais ce que je faisais, et je savais que c’était mal, je savais que c’était mal, mais je voulais tellement la gloire que j’étais prêt à tout donner et à prendre une vie humaine".

En refusant sa libération conditionnelle, la commission a cité le "mépris égoïste de Chapman pour la vie humaine ", qui a eu des répercussions considérables et ont forcé "le monde à se remettre du vide que vous avez créé". De son point de vue, tuer Lennon était "la grande réponse à tout… Je n’allais plus être personne".

L’homme de 67 ans a ajouté : "J’ai blessé beaucoup de gens partout dans le monde, et si quelqu’un veut me détester, c’est bon, je comprends." Les audiences précédentes de Chapman ont donné lieu à des expressions similaires de remords, où il a qualifié ses actions de "méprisables" et de grande source de honte personnelle. "Je l’ai assassiné… parce qu’il était très, très, très célèbre, et c’est la seule raison, et j’étais très, très, très, très en quête de gloire personnelle", a-t-il déclaré à la commission en 2020. "Très égoïste."

Mark Chapman purge actuellement une peine de 20 ans à vie au centre correctionnel de Green Haven, dans la vallée de l’Hudson, à New York. Tous les deux ans, il a un entretien avec la Commission des libérations conditionnelles pour demander sa libération. La prochaine fois qu’il se présentera devant la commission, ce sera en février 2024.

Quelques semaines après ces déclarations, on apprenait qu’il s’était aussi excusé auprès de sa veuve Yoko Ono, près de 40 ans après les faits.

Il avait tiré à quatre reprises sur le Beatles devant son appartement de Manhattan, en présence de Yoko Ono, en décembre 1980.

Mark Chapman avait 25 ans au moment du crime, il est maintenant marié à une femme qui vit près de la prison dans laquelle il est incarcéré.

Réécoutez ci-dessous l’émission qu’Erik Lenoir a consacrée à cet événement tragique dans son émission Crime Scene :

Crime Scene

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous